Association Française pour le Production Fourragère

Les Actes des Journées Professionnelles

Sécheresse : Caractérisation et occurrence

Auteurs : Seguin B., Itier B.

Mots-clefs :

Acte : Productions fourragères et adaptations à la sécheresse (2007)

Résumé :


L'analyse du cycle de l'eau sur les surfaces continentales conduit à deux visions du devenir de l'eau de pluie : - celle de l'agronomie, régulée par le bilan hydrique du sol : l'eau arrive à la surface du sol sous le couvert, après l'interception éventuelle d'une faible partie par les parties aériennes de la plante. Elle alimente ainsi le réservoir superficiel exploré par le système racinaire des plantes ; - celle de l'hydrologie, qui est au contraire centrée sur l'eau qui alimente les réservoirs où il est possible d'effectuer les prélèvements pour les divers usages. La sécheresse, causée au départ par un manque d'eau résultant bien sûr d'une pluviométrie insuffisante, se traduit par un réservoir superficiel insuffisamment rempli qui ne permet pas une alimentation hydrique optimale. Le niveau du stress qui en résulte est généralement raisonné par l'agriculteur au niveau soit du choix des productions, soit des itinéraires techniques, pour être tolérable en situation normale. Dans le cas contraire, l'irrigation peut permettre d'apporter le complément d'eau nécessaire, à condition que l'équipement et les ressources le permettent. La sécheresse est donc à considérer, non pas dans l'absolu de la valeur de la pluviométrie (qui conduit plutôt à la notion d'aridité), mais dans son rapport à une norme. La caractérisation de ses effets sur les cultures (sécheresse de type agricole) doit donc faire intervenir la variabilité des facteurs climatiques en entrée du bilan hydrique (pluie, mais également ETP) sur une durée suffisamment longue pour tenir compte du stockage dans le réservoir sol, dont les caractéristiques jouent également pour moduler l'intensité des effets. Si l'on doit avoir recours à l'irrigation, c'est essentiellement la pluviométrie de la période "hivernale" (de l'automne au printemps) qui doit être évaluée par rapport à la normale, car elle doit permettre la recharge des nappes et l'écoulement vers les réserves d'eau (sécheresse hydrologique). La sensibilité à la sécheresse dépend fortement du degré d'adaptation, qui est généralement lié à la fréquence de l'événement (par définition, les événements extrêmes sont redoutables, car se produisant peu fréquemment). Historiquement, on peut noter une fréquence non nulle des sécheresses, mais finalement sans mesure particulière d'adaptation jusqu'à l'année 1976 (sauf depuis longtemps dans le Sud-Est). La multiplication ultérieure des épisodes de sécheresse après 1976 (10 sur les 20 dernières années) et les épisodes exceptionnels de 2003, puis 2005 et 2006, amènent à remettre le problème de l'eau au premier rang des préoccupations. Et ceci, bien sûr, dans le contexte des interrogations autour du changement climatique. En se projetant dans un avenir proche (horizon 2020-2025), il est permis de penser qu'un réchauffement limité (de l'ordre de 2°) ne provoquerait qu'un léger déplacement d'équilibre, restant dans les limites des capacités d'adaptation presque traditionnelles. Mais le principal changement sera sans doute à attendre de l'accentuation de la sécheresse estivale, en particulier pour la partie sud de l'hexagone. Elle s'accompagnera d'une tendance accentuée à une avancée généralisée du calendrier agricole et à un raccourcissement de la durée des cycles des cultures. Cet effet sera à prendre en compte pour raisonner les systèmes fourragers en fonction du risque de sécheresse.

Identifiez-vous pour télécharger l'article


< retour


 
152355 visites

Espace Adhérents et abonnés

Email :

Identifiant :



J'ai oublié mes identifiants

Je n'ai pas d'identifiant



Dernière mise à jour le
23/10/2017