Association Française pour le Production Fourragère

Les articles

English version

Importance des produits issus de bovins au pâturage sur les apports nutritionnels et la santé du consommateur

Paru en 2017 dans Fourrages n°230 (page 131 à 140)

Auteurs : Duru M.

Co-auteurs : Bastien D., Froidmont E., Graulet B., Gruffat D.

Mots-clefs : prairie, système de production, système fourrager, pâturage, production laitière, bovin, légumineuse, ration de base, production de viande, ration alimentaire, Santé, qualité du lait, qualité des produits, Acide gras essentiel

Résumé :

Le lait et la viande contribuent à la santé du consommateur en lui fournissant des acides gras essentiels (omégas-3), des polyphénols, des vitamines et des caroténoïdes, certains d'entre eux ayant un rôle d'anti-oxydants, en plus de leur effet biologique propre. Les produits animaux sont des sources d'apport significatives de certains de ces nutriments, en particulier lorsque les ruminants sont dans un système maximisant le pâturage. Après avoir synthétisé les connaissances concernant l'effet des acides gras essentiels, vitamines et polyphénols contenus dans les produits de ruminants sur la santé humaine, nous avons évalué leur apport par le lait et les laitages ainsi que les viandes pour un régime alimentaire moyen. Nous montrons ensuite qu'une alimentation à l'herbe chez le ruminant permet d'obtenir du lait ou de la viande plus riches en omégas 3, en vitamines A, E, B2, B9, en caroténoïdes et en dérivés phénoliques, mais plus pauvres en vitamine B12, qu'un régime plus énergétique à base de maïs et/ou de céréales. Pour la viande, il est nécessaire que l'alimentation soit à base d'herbe environ les trois derniers mois avant l'abattage. Les légumineuses (et autres dicotylédones) et l'herbe conservée sous forme de foin et d'ensilage tendent respectivement à renforcer et atténuer les atouts d'une alimentation basée sur le pâturage de graminées. Nous estimons qu'environ 30 % du lait est produit dans des systèmes herbagers et que, globalement, tous systèmes confondus, 45 % du lait provient d'une alimentation à l'herbe. Pour la viande, environ 25 % proviendrait d'une finition à base d'herbe, mais cette évaluation est entachée d'une grande incertitude. Si la consommation de produits issus de ruminants alimentés à l'herbe peut augmenter significativement les apports en acides gras essentiels et en micronutriments, ce n'est pas suffisant pour atteindre la plupart des valeurs recommandées lorsqu'elles sont connues.

Identifiez-vous pour télécharger l'article


< retour



 
150995 visites

Espace Adhérents et abonnés

Email :

Identifiant :



J'ai oublié mes identifiants

Je n'ai pas d'identifiant



Dernière mise à jour le
25/09/2017