Association Française pour le Production Fourragère

Les articles

English version

Les arbres, une ressource fourragère au pâturage pour des bovins laitiers ?

Paru en 2017 dans Fourrages n°230 (page 155 à 160)

Auteurs : Emile J.-C.

Co-auteurs : Barre P., Delagarde R., Niderkorn V., Novak S.

Mots-clefs : ressources fourragères, pâturage, sécurité fourragère, composition chimique, valeur azotée, valeur alimentaire, digestibilité, fourrage, bovin laitier, arbre fourrager, espèce ligneuse, valeur énergétique, haie, tanin

Résumé :

Pourrait-on utiliser les arbres, arbustes et lianes (plantes dites ligneuses) dans les systèmes fourragers en climat océanique et en particulier au pâturage ? Cet article présente des dispositifs mis en place à l'Inra à Lusignan (Nouvelle Aquitaine) pour insérer l'agroforesterie dans un système d'élevage bovin laitier. Les dispositifs expérimentaux permettent d'étudier différentes espèces, organisations spatiales et types de protection vis-à-vis du troupeau, ainsi que plusieurs modes d'exploitation de ces ressources ligneuses. La valeur nutritive des feuilles fait l'objet d'une large évaluation (valeur énergétique et azotée, teneur en fibres et en tanins condensés). Les premiers résultats, obtenus sur des feuilles collectées en été, illustrent la grande variabilité existant au sein des 27 espèces échantillonnées, avec des teneurs en MAT du feuillage variant de moins de 100 à plus de 180 g/kg MS et des digestibilités comprises entre 47 et 87 %. La gamme de variation de la dégradabilité théorique de l'azote (DTN), calculée pour 12 espèces à partir de leurs cinétiques de disparition dans le rumen, est très large (13 à 70 %). Certaines espèces présentent des quantités importantes de tanins condensés (jusqu'à 170 g/kg MS pour le robinier faux acacia), pouvant limiter fortement la disponibilité de l'azote. Plusieurs espèces présentent un excellent profil tant pour leur valeur protéique que pour leur valeur énergétique. C'est le cas surtout du mûrier blanc et du frêne, espèces traditionnellement utilisées respectivement sous climat méditerranéen et continental, mais aussi du tilleul, de l'aulne de Corse et d'un certain nombre de lianes et d'arbustes. D'autres espèces conviendraient également pour alimenter en été, et par le pâturage, des animaux à l'entretien ou aux besoins plus modérés que des animaux en lactation. Les arbres, arbustes et lianes constituent potentiellement une ressource fourragère mobilisable et intéressante pour des animaux laitiers, en particulier lorsque les fourrages traditionnellement pâturés sont moins disponibles (été, automne), en raison de conditions climatiques défavorables. Les évaluations futures seront élargies à une gamme plus importante d'espèces et à diverses modalités d'exploitation (saisons, conduite en têtard, recépage...). Elles s'attacheront aussi à préciser les conditions d'utilisation et les niveaux d'ingestion de ces ressources par l'animal.

Télécharger l'article


< retour



 
154149 visites

Espace Adhérents et abonnés

Email :

Identifiant :



J'ai oublié mes identifiants

Je n'ai pas d'identifiant



Dernière mise à jour le
21/11/2017