Numéro #205

31 mars 2011

Récolte et valorisation des fourrages conservés : les clés de la réussite (1ère partie)

Diversité de la composition fonctionnelle de la végétation au sein d'une prairie et entre prairies : caractérisation et analyse dans des élevages herbagers

auteur : DURU MICHEL | co-auteurs : Cruz P. - Hossard L. - Martin G. - Theau J.P. -

Les services rendus par les prairies permanentes sont mal connus de telle sorte qu'il est difficile d'analyser leur rôle dans les élevages herbagers. Nous proposons ici une méthode pour examiner les relations entre les facteurs du milieu, les pratiques et la valeur d'usage des prairies à l'échelle du système fourrager.
Cette méthode consiste en l'examen de la composition de la végétation sur la base de cinq types fonctionnels de graminées (TFG : A, B, b, C, D). L'analyse de la proportion des types aux échelles de la parcelle et du système fourrager permet de mesurer le degré de spécialisation des végétations au sein d'une prairie et entre prairies, puis d'identifier et analyser les facteurs qui conditionnent cette diversité. Les TFG se distinguent selon que les espèces ont une stratégie de capture de ressources (espèces de milieu fertile à vitesse de croissance rapide : TFG-A&B) ou de conservation de ressources (espèces de milieupeu fertile à vitesse de croissance lente : TFG-C&D). Ce mode de caractérisation des prairies a été mis en œuvre dans 8 élevages de l'Aubrac (176 parcelles appartenant à 4 exploitations laitières et 4 allaitantes). L'analyse repose sur la caractérisation de la proportion des types A & B et d'un indice de diversité décrivant la distribution des types au sein d'une prairie. La proportion de TFG A & B (variation de 0 à 100%) est un indicateursynthétique de la productivité des prairies, évaluée ici par lechargement calculé pour chacun des principaux usages (pâturage des vacheset des génisses, fauche). Elle augmente significativement avec la fertilisationazotée (et l'indice N d'Ellenberg), est plus élevée en fauche qu'en pâturage(augmente avec la hauteur maximale du couvert) et diminue avec l'altitude. Lesélevages se différencient significativement par la proportion de TFG-A & B,globalement mais aussi pour le pâturage des vaches laitières, allaitantes et des génisses. Sachant que la diversité fonctionnelle intra prairie, calculée sur labase de la proportion de chacun des cinq types, dépend mécaniquement du pourcentage de TFG-A & B (diversité maximale pour des valeurs moyennes deTFG-A & B, et minimale pour des valeurs extrêmes), nous avons vérifié qu'onpeut exprimer la diversité en fonction des facteurs dont nous avons montré l'effet sur ce pourcentage à l'échelle de la parcelle. Cette relation permet d'examiner au niveau du système fourrager les contrastes entre prairies ayant un usage différent sur la base de la proportion moyenne de TFG-A & B. On montre ainsi que certains élevages se caractérisent par un faible contraste entre parcelles affectées à des usages différents mais présentent une forte diversité intra parcelle ; à l'opposé on observe des élevages avec de forts contrastes entre parcelles affectées à des usages différents mais présentant une faible diversité intra parcelle. Cette analyse est mobilisée pour examiner l'intérêt et les déterminants de la diversité des assemblages de prairies à l'échelle du système fourrager. 

Télécharger l'article

PDF - 709,59 ko