Numéro #128

15 décembre 1991

Numéro non thématique

L'agriculture du Champsaur face à des choix : après l'intensification et l'irrigation des associations, adapter les systèmes pour valoriser leurs produits grâce au tourisme

auteur : Gueydan J.M. - | co-auteur : Pelletier T. -

Le Champsaur est une vallée des Hautes-Alpes, située à 1000 – 1400 m d'altitude. En limite du domaine skiable, le climat hivernal y est froid, mais l'influence méditerranéenne se fait également sentir et l'été est sec et chaud. Le Champsaur n'a pas de tradition de transformation du lait en fromage ; pour améliorer leur revenu, les producteurs laitiers ont dû intensifier, sans oublier que dans cette région de montagne les coûts sont souvent supérieurs.
Les légumineuses ayant une production estivale plus élevée et plus régulière que les graminées, l'introduction des associations végétales a permis de valoriser l'amélioration génétique des troupeaux. Les ensilages de maïs du groupe 0 et/ou d'associations graminée-légumineuse ont nettement amélioré le niveau de la ration de base hivernale. L'irrigation a permis de doubler les productions fourragères et, parallèlement, le zéro-pâturage s'est développé pour limiter le piétinement des parcelles irriguées.
Les quotas laitiers, la baisse des cours de la viande ont stoppé le développement de certaines exploitations, provoquant de fortes disparités de revenus. Les agriculteurs voient leur avenir passer par une phase de diversification des productions en vue de les valoriser localement et par un développement harmonieux de la région (accueil à la ferme, tourisme, commerce, artisanat, agriculture, collectivités locales…).

Télécharger l'article

PDF - 562,22 ko