Numéro #60

15 décembre 1974

Numéro non thématique

Possibilités fourragères de la houlque laineuse

auteur :

La valeur agronomique de la houlque laineuse, graminée robuste et vivace, très répandue dans les prairies françaises, a été étudiée.Sur culture pure, recevant différentes doses d'azote (80, 160, 320, 640 kg/ha) et exploitée soit en fauches fréquentes (5 par an), soit en fauches espacées (3 par an), on a mesuré pendent trois années les rendements en matière sèche qui ont été importants et comparables à ceux des graminées prairiales classiques (de 7,8 à 14,7 t/ha). Plante très nitrophile. elle supporte assez mal un excès d'azote (verse).La houlque laineuse a été bien consommée lorsque les pâtures ont été fréquentes. Sa teneur en matière sèche est souvent plus élevée en début de premier cycle au stade feuillu qu'elle ne l'est à l'épiaison.La teneur en matière azotée augmente avec les doses d'azote; au stade 10 cm et pour une fumure de 160 kg/ha, la teneur est comparable à celle du ray-grass anglais. Au stade épiaison, la teneur est supérieure à celle attribuée au ray-grass anglais.La teneur en nitrates n'a dépassé qu'une fois le seuil de 0,5 %.La teneur en glucides solubles a toujours été supérieure à celle de la fétuque élevée, du dactyle, et comparable à celle du ray-grass anglais récolté à la même date.La houlque laineuse peut être considérée comme une plante fourragère intéressante à condition d'être exploitée fréquemment avec des doses d'azote élevées ne dépassant cependant pas 300 unités/ha/an. 

Mots-clés : | | | |
Possibilities of forage use of Yorkshire fog (Holcus lanatus)

The agricultural value of Yorkshire Fog, a vigourous and long-lived grass, very frequent in French grasslands, was investigated. Grown in pure stands, with various dressings of Nitrogen (80, 160, 320, 640 kg/hectare), and undergoing either frequent (5 per year] or infrequent mowings (3 per year), this species gave during 3 years dry matter yields which were noteworthy and comparable to those of the usual herbage grasses (from 7,8 to 14.7 tons/hectare).This very nitrophilous species is rather not tolerant to excessive Nitrogen dressings (lodging).The voluntary intake of Yorkshire Fog is good with frequent grazings. The dry matter content is often higher lit the vegetative stage of the beginning of the first growth cycle thon at the heeding stage.
The C.P. contents increase with the amounts of N fertilizer applications, at the stage of 10 cm stem elongation within the sheaths, and for dressings of 160 kg N per hectare, they are comparable to those of perennial ryegrass. At the heading stage, they are higher than those attributed to perennial ryegrass. The nitrate contents were only once higher than the 0.5 % threshold.The soluble carbobydrate contents exceed those of tall fescue and of cocksfoot, and compare to those of perennial ryegrass cut at the same date. Yorkshire Fog may be considered an interesting forage plant, provided it is fertilized with sufficiently high amounts of Nitrogen, which however should not exceed 300 kg/hectare/year. 

Télécharger l'article

PDF - 227,74 ko