Numéro #173

15 mars 2003

Numéro non thématique

Eléments pour une amélioration génétique de la valeur énergétique de la luzerne

auteur : | co-auteurs :

La valeur alimentaire est une composante essentielle des fourrages. La luzerne, qui possède une forte teneur en protéines, a une valeur énergétique modérée. Le texte présente des études menées à l'INRA de Lusignan pour établir les possibilités de progrès génétique et les critères et méthodes pour y parvenir.

La mise au point d'outils d'évaluation rapide de la digestibilité d'un grand nombre d'échantillons par spectrophotométrie dans le proche infra-rouge permet d'envisager la mesure en sélection de la digestibilité. Une importante variabilité génétique, entre cultivars ou entre plantes individuelles, a été mise en évidence, et l'hérédité de ce caractère est principalement additive. La corrélation génétique entre la digestibilité et le rendement en fourrage est négative mais elle est positive entre la digestibilité et la teneur en protéines. Des études des structures histologiques de la tige montrent que les variations génétiques de digestibilité sont liées à la proportion de xylème secondaire (tissu lignifié) et à la proportion des tissus non lignifiés (parenchyme médullaire et parenchyme cortical).

Mots-clés : | | | | | |
Towards a genetic improvement of the energy value of lucerne

Feeding value is an important trait in forages. Lucerne, which has a high protein content, has only a moderate energy value. Several studies were carried out to analyse the possibilities of genetic progress, and the methods to obtain it. Tools were developed for the analysis of a large number of samples, using NIRS (near infra-red spectrophotometry), making it possible to measure this trait in a breeding programme. A large genetic variation was evidenced among cultivars and among individual plants, and the inheritance of the trait proved mainly additive. The genetic correlation between digestibility and forage yield was negative , but between digestibility and protein content it was positive. The analysis of the histological structure of the stem showed that the genetic variations for digestibility are related to the proportion of secondary xylem (lignified tissue) and to the proportion of non-lignified tissue (pith parenchyma and cortical parenchyma).

Télécharger l'article

PDF - 768,31 ko