Numéro #154

15 juin 1998

Numéro non thématique

Variabilité génétique pour la digestibilité de la luzerne : relation avec la production de matière sèche et la proportion de feuilles

auteur : | co-auteur :

Une utilisation plus importante de la luzerne dans la ration des bovins en conditions intensives passe par l'amélioration de sa digestibilité. Au début de la floraison, la luzerne est appétible et bien ingérée, mais sa digestibilité est faible. Les programmes de sélection de la luzerne s'orientent désormais sur l'amélioration génétique de la digestibilité.
Les variations de la digestibilité de la luzerne ont été étudiées pour 7 variétés en 5 lieux, avec 4 prélèvements au cours de 2 cycles de végétation. La production de matière sèche, le rapport feuilles/tiges, la digestibilité des plantes entières et des tiges ont été analysés. Au cours de la repousse, la digestibilité (plante entière et tiges) et le rapport feuilles/tiges diminuent alors que la production augmente. Des variations de cette évolution liées au lieu, au cycle et à la variété sont identifiables. Au début de la floraison, les corrélations entre production et digestibilité sont non significatives : il est donc possible de combiner production et digestibilité élevées. La digestibilité d'une variété résulte à la fois de son rapport feuilles/tiges et de la digestibilité de ses tiges ; pour être élevée, elle doit combiner favorablement ces deux composantes.

Mots-clés : | | | | | |
Genetic variation for digestibility in lucerne : relationship with forage production and leaf proportion

The use of lucerne as a forage for highly productive cattle implies the improvement of its energy value, i.e. its digestibility. The decrease in digestibility during growth is well-known in lucerne, but the influence of genetic variation and environment on these changes is less documented. Seven cultivars were studied in five locations, with four samplings during two regrowth cycles. During growth, whole plant and stem digestibilities and leaf/stem ratio decreased while forage yield increased. Variations in this negative relationship between yield and digestibility were observed, due to location, cycle and cultivar. At the beginning of flowering, no significant correlation between forage yield and digestibility was found, thus indicating the possibility to combine high yield and high digestibility. Whole plant digestibility results from both leaf/stem ratio and stem digestibility. A high digestibility is only achieved by a favourable combination of these two factors. Thus breeding for higher digestibility in lucerne implies the evaluation of leaf proportion and stem digestibility, in addition to that of whole plant digestibility. On average among the seven cultivars studied, the difference in digestibility between the two extreme varieties was of 3 units of percentage.

Télécharger l'article

PDF - 894,71 ko