Numéro #193

31 mars 2008

Prairies, fourrages et impacts sur la qualité de l'eau (2e partie)

Amélioration et stabilisation des rendements du pois en graines et fourrage en zone semi-aride du Maroc

auteur : | co-auteur :

Le besoin en protéines végétales au niveau des exploitations d'élevage des régions semi-arides est important. Parmi les légumineuses fourragères, le pois a un grand potentiel de production de fourrage et de graines. Cependant, son niveau de production est faible et considérablement affecté par les variations climatiques inter et intra-annuelles. L'augmentation et la stabilité des rendements ne peuvent être obtenues qu'à travers l'adaptation variétale dans un environnement à climat imprévisible.

Le pois fourrager est une culture de grand intérêt écologique et nutritionnel. Cependant, ses rendements en fourrage et en graines sont instables dans les zones semi-arides. Les variations inter et intra-annuelles des précipitations et les écarts de températures dans les quatre environnements étudiés ont largement affecté le niveau de production de sept variétés de pois fourrager. L'interaction Génotype x Environnement a été hautement significative pour le rendement en fourrage et en graines. L'analyse des paramètres de stabilité contribue à optimiser et améliorer la stabilité des rendements dans ces environnements à climat contrasté.
L'analyse des résultats a relevé un comportement variétal spécifique face aux contraintes des environnements étudiés, souligné par la variation du coefficient de détermination de régression de 0,74 à 1,36 pour le fourrage et 0,65 à 1,53 pour le grain. Les variétés V3, V5 et V6 ont été définies performantes et stables pour le fourrage et V1, V4 et V5 pour les graines. L'adaptation de V6 est large alors que celle de V3 et V5 est spécifique, liée respectivement aux environnements favorables et défavorables. V1 et V4 sont plus adaptées aux environnements favorables alors que V5 exploite mieux les environnements défavorables. Le gain génétique moyen par rapport au témoin (Naïma) est significatif. La variété V5 a une large capacité d'adaptation ; elle peut être exploitée en fourrage ou en graines. Elle a été inscrite au catalogue officiel marocain en 2007 sous le nom de Ezzahra.
Par ailleurs, la phase de croissance la plus sensible débute avec la floraison et se termine avec le remplissage des graines. Le froid au cours de la floraison et la nouaison réduit le rendement en graines de moitié et de trois quarts quand il est associé au stress hydrique.

Mots-clés : | | | | | | | | | | |
Improving the forage and grain yields and the yield stability of field peas in contrasting Moroccan environments

Field peas (Pisum arvense L.) would be a suitable protein resource to improve livestock feeding in semi-arid areas; however, green feed and seed yields are low and unstable in these environments. The variability of the yields of seven field pea cultivars over the seasons under rain-fed conditions highlighted the effect of the climate. The aim of this study was to optimize and stabilize field pea yields in contrasting climatic environments through a strategy of cultivar adaptation.
The genotype x environment interaction was significant and the stability analysis showed which were the most performing cultivars in such climatic environments. Those with the best mean performance and stability were V3, V5 and V6 for dry matter, and V1, V4 and V5 for seed yield. The cultivar V6 had a wide adaptability in terms of dry matter, whereas V3 and V5 were particularly adapted to favourable and unfavourable environments respectively. Regarding seed yield however, V1 and V4 were more productive in favourable environments, and V5 in unfavourable ones. The genetic gain was significant : in comparison to V7, V5 had a wider adaptability for both dry matter and seed yield ; it has been registered in the Moroccan official cultivar list under the name Ezzahra. The most critical period for field pea growth occurs from the beginning of flowering to green seeds. Cold during that period reduced seed yield by half, and by 75% when associated with water stress during pod setting.

Télécharger l'article

PDF - 103,27 ko