Numéro #144

15 décembre 1995

Les systèmes fourragers de l'Europe laitière : des évolutions et une diversité enrichissantes (2e partie)

En Allemagne, la fin du modèle laitier mixte bavarois ?²

auteur : Pflaum J. -

En Bavière, les structures d'exploitation laitière sont petites et la densité de population assez importante. Excepté dans les régions de montagne, les exploitations laitières comportent en général aussi un atelier d'engraissement de taurillons. La race Fleckvieh, très largement dominante, présente encore l'avantage d'être une race mixte. Par rapport aux troupeaux Holstein dont les productions laitières sont supérieures, les bonnes performances des taurillons Fleckvieh assurent à leur race une certaine compétitivité, qui dépend naturellement des rapports de prix entre le lait et la viande. La spécialisation laitière prévisible pour la race Fleckvieh va rendre nécessaire le croisement industriel avec des races à viande ; des expérimentations réalisées avec des races à viande françaises donnent des résultats intéressants.
Les systèmes fourragers sont basés sur l'herbe et le maïs ; le zéro pâturage se développe aux dépens du pâturage ; l'ensilage d'herbe tend à être distribué toute l'année. Le maïs serait le fourrage dont le coût de production est le plus bas, grâce aux primes. Il est désormais possible d'acheter ou de louer des quotas, mais la production laitière devrait continuer à se spécialiser, et la proportion de double actifs devrait augmenter encore.

Télécharger l'article

PDF - 717,00 ko

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui vous permettront de partager du contenu sur les réseaux sociaux et nous permettront de mesurer l'audience du site.
Cliquez-ici pour en savoir plus sur les cookies et leur exploitation sur ce site