Numéro #129

15 mars 1992

Numéro non thématique

Influence d'une culture de luzerne sur le lessivage du nitrate dans les sols de Champagne crayeuse

La luzerne, plante pérenne, réduit la durée pendant laquelle le sol est nu sur une rotation. Mais, compte tenu des superficies concernées, de la pratique d'apports d'effluents sur cette culture et des problèmes de pollution diffuse de la nappe par les nitrates en Champagne crayeuse, il est apparu nécessaire d'en préciser l'impact. Des mesures en case lysimétrique sont menées par la station INRA de Châlons-sur-Marne depuis 1982. Elles ont été complétées par des observations en plein champ, après épandage d'eaux résiduaires ou en situation classique. Elles permettent de conclure sur les points suivants : - La luzerne joue un rôle épurateur de nitrate par prélèvement préférentiel d'azote minéral, qui se produit au minimum sur 1,5 m de profondeur en sol de craie. Cela se traduit par une chute des teneurs en nitrate des eaux percolées à 2 m, avec un délai nécessaire au transfert de nitrate dans la zone non saturée de la craie et à l'installation de la luzerne. - Le retournement de la luzerne n'entraîne pas de libération massive de nitrates. Le solde automnal de minéralisation qui suit le retournement s'est limité à 50 kg N/ha en sol de craie en 1990. - Sur les 10 ans de la rotation culturale incluant 3 ans de luzerne implantée au printemps, la concentration moyenne des eaux de drainage est de 20,8 mg N/l alors qu'elle est de 27,2 mg N/l dans la rotation blé-betterave.

Télécharger l'article

PDF - 554,25 ko