Numéro #121

15 mars 1990

Numéro non thématique

Les évolutions des systèmes fourragers en productions bovines dans le Ségala tarnais

auteur : Orfeo F. - | co-auteur : Mis J.B. -

Le Ségala tarnais (Tarn) est un plateau aux terres légères, caillouteuses, marqué par un fort déficit hydrique en été. Le troupeau allaitant reste prédominant, produisant principalement des veaux lourds (250-400 kg) élevés sous la mère. La production de broutards, peu développée, progresse dans les exploitations modernisées (stabulation libre, pratique de l'ensilage, de ray-grass d'Italie généralement). Le regroupement des vêlages (traditionnellement en fin d'hiver) facilite la maîtrise de l'alimentation. Certains éleveurs groupent les vêlages en début d'automne pour bénéficier de meilleurs cours à la vente et décharger les prairies en été. D'autres améliorations sont possibles : intensification au printemps des parcelles pâturées et ensilage d'herbe (plus régulier que l'ensilage de maïs non irrigué), pâturage tournant et alimentation estivale des veaux.
En production laitière, les systèmes fourragers sont relativement intensifs (1,2 à 1,8 UGB/ha SFP) et reposent sur les prairies naturelles (pâturage de printemps), les prairies temporaires et le maïs ensilage. Les fourrages conservés complètent le pâturage dès juillet. Les éleveurs privilégient de plus en plus la constitution de stocks au détriment du pâturage, pour accroître la sécurité de leurs systèmes, mais la proportion de maïs doit être raisonnée en fonction des potentialités et de la possibilité d'irriguer ; le groupage des vêlages en automne-hiver a de nombreux avantages.

Télécharger l'article

PDF - 630,04 ko