Numéro #205

31 mars 2011

Récolte et valorisation des fourrages conservés : les clés de la réussite (1ère partie)

Raisonner et ajuster au mieux le besoin et l'utilisation des fourrages conservés

auteur : AGABRIEL J. - | co-auteurs : DELABY LUC POTTIER ERIC -

La récolte et conservation des fourrages doit être raisonnée pour assurer la qualité des aliments offerts au troupeau, la maîtrise des charges de récolte de fourrages et la sécurité de l'ensemble du système d'élevage. En France, les stocks se situent entre 1,2 et 3,5 kg MS/UGB et varient selon la durée de la saison de végétation, la taille des troupeaux et les besoins des animaux. Leur optimisation passe à la fois par la gestion du pâturage et de la fauche, par la synchronisation entre les besoins du troupeau et la disponibilité en herbe pâturable (y compris en hiver), par une bonne utilisation des capacités d'adaptation physiologiques des groupes d'animaux mais aussi par l'implantation de cultures fourragères (maïs, choux, betteraves...). Qu'il s'agisse d'élevage bovin ou ovin (laitier ou de production de viande), de nombreux choix sont possibles mais il est nécessaire de les raisonner à l'échelle de l'exploitation et en intégrant une marge de sécurité destinée à pallier les baisses de rendements dues aux aléas climatiques. 

Télécharger l'article

PDF - 379,40 ko