Numéro #95

15 septembre 1983

Intérêt du trèfle blanc (2e partie)

Valeur alimentaire des associations graminées-trèfle blanc et prévision de leur valeur nutritive

auteur :

Le trèfle blanc est une légumineuse dont seul l'appareil foliaire est exploitable, ce qui lui confère un certain nombre de particularités: la composition chimique des feuilles est très stable, riche en minéraux, en azote total et protéique mais pauvre en membranes; la digestibilité est élevée (75-80 %), de même que la teneur en matières azotées digestibles et l'ingestibilité.Le trèfle blanc, ayant une valeur alimentaire élevée et peu variable, peut donc améliorer de façon intéressante la qualité des fourrages prairiaux, surtout lorsqu'ils sont pâturés.La principale difficulté réside dans l'estimation de la valeur alimentaire des fourrages de prairies dont la composition et le taux de trèfle blanc peuvent être extrêmement variables. Diverses méthodes sont comparées: à partir des valeurs connues par espèce et par cycle, ou avec des mesures de digestibilité (in vitro ou avec la pepsine-cellulase). 

Mots-clés : | | | | | | | |
Feeding value of grass - white clover associations. Determination of their nutritive value

White clover is a legume, the leaves of which are alone utilized, so that it is endowed with certain special characteristics : the chemical composition of the leaves is very stable, rich in minerals, in total and proteic nitrogen, but poor in fibers; the digestibility is high (75 - 80 %), as are als othe digestible protein content and the voluntary intake. White Clover, with a high and quite stable feeding value, can thus improve in an interesting way the quality of grassland herbage, especially for grazing animals.The main difficulty lies in the estimation of the feeding value of the herbage from pastures where the composition and the white Clover content may vary very widely. Various methods are compared : based on the known values for each species and growth-cycle, or on measurements of the digestibility (in vitro or with pepsine-cellulase). 

Télécharger l'article

PDF - 553,43 ko