Numéro #95

15 septembre 1983

Intérêt du trèfle blanc (2e partie)

La production de semences de trèfle blanc

auteur :

La France, qui a des besoins annuels d'environ 8.000 q de semences de trèfle blanc, est totalement dépendante des importations (NouvelleZélande, Etats-Unis, Pologne) ; la C.E.E. est quasiment dans la même situation. Or il est possible de multiplier en France le trèfle blanc et la production sur place de variétés choisies de cette espèce devrait permettre aux éleveurs français d'obtenir des cultivars mieux adaptés à leurs conditions locales que les variétés importées.S'engager dans la production de semences de trèfle blanc en France présente un certain nombre de risques, comme nous le montre l'expérience danoise. C'est pourquoi, avant de s'engager dans cette voie, il faudrait obtenir un certain nombre de garanties de la part des éleveurs et des Pouvoirs Publics. 

Mots-clés : | |
Seed production of white clover

France requires about 800 tons of White Clover seed annually, and is totally dependant on importation for them (from New Zealand, U.S.A., Poland) ; the same is practically true for the whole European Common Market. Now it should be possible to multiply White Clover in France, and by plant breeding to supply the French farmers with improved varieties of the species that would be better adapted to their local conditions than the imported strains.To enter into the production of white clover seed in France is however a risky enterprise, as is shown by the Danish experience. In consequence, before the start of such an undertaking, certain guarantees should be obtained from the farmers and from the public authorities.

Télécharger l'article

PDF - 213,03 ko