Numéro #90

15 juin 1982

La luzerne et le trèfle violet : sources de protéines pour les ruminants

Le problème national des ressources en protéines et l'alimentation animale

auteur :

Depuis une trentaine d'années l'évolution des rations animales a conduit à leur simplification et à faire appel à des matières premières stockables et importées; énergie avec le manioc, protéines avec le soja.Les protéines représentent le troisième poste déficitaire de la balance commerciale française. C'est pourquoi les Pouvoirs publics se préoccupent de leur production, en particulier à partir des légumineuses fourragères et protéagineuses. Les prairies apportent aujourd'hui 40 % des besoins protéiques du troupeau national mais pourraient en produire certainement plus.A l'avenir, il conviendrait de mieux utiliser les protéines fourragères et les sous-produits. Les protéines nationales permettraient d'ailleurs d'abaisser le prix des aliments composés. Pour cela de nombreuses études techniques sont encore  nécessaires. 

Mots-clés : | | | | |
The national problem of protein resources and the feeding of live-stock

For the last thirty years or so the evolution of animal diets has brought about their simplification and has necessitated the importation of storeable goods : cassava for energy, soybeans for protein.Proteins represent the third deficit showing item in order of importance in the French trade balance. The government is therefore anxious to get an indigenous supply of protein, particularly from forage legumes and from seed legumes. At the present moment grasslands supply 40 % of the protein requirements of the national live-stock, but could certainly yield more. In the future, the proteins from forages and from their by-products ought to be better utilized. National proteins could also lower the price of industrial animal feeds. To achieve that purpose many technical investigations are still necessary. 

Télécharger l'article

PDF - 241,72 ko