Numéro #85

15 mars 1981

Le pâturage (1ère partie)

Physiologie de l'herbe et pâturage

auteur :

Dans cet article est discuté l'effet des interactions entre la physiologie de l'herbe et la conduite en pâturage d'une prairie (pâturage tournant ou rationné et pâturage continu).
Cas du pâturage tournant ou rationné : après avoir rappelé la signification et les conséquences du déprimage et de l'étêtage, l'auteur souligne que la date de pâture à ne pas dépasser dépend de l'espèce, par l'intermédiaire de la rapidité de durcissement et du rendement disponible. En cas de sous-pâturage, le gaspillage par pertes, refus, ou dégradation de la valeur alimentaire de l'herbe peut être important. Les dégâts occasionnés par le surpâturage seraient dus au piétinement ou au
manque d'herbe, plutôt qu'à des coupes trop fréquentes.
Les problèmes rencontrés en pâturage continu intensif semblent tout à fait différents: la croissance de l'herbe reste relativement constante alors qu'en pâturage rationné. Elle est faible après la coupe puis augmente progressivement; les coupes sont trop fréquentes pour que la fertilisation puisse jouer sur le rendement. Mais, par contre, elle accroit considérablement la teneur en matières azotées ; le surpâturage semble présenter des conséquences plus graves en pâturage continu ...

Mots-clés : | | | | | | |
Physiology of grass and grazing

In this paper, the effect is discussed of the interactions betwe8n the physiology of grass and the management of a pasture under grazing (rotational grazing or strip grazing, and set stocking).
Case of rotational or strip grazing : the author restates the signification and consequences of early cuts (either without or with removal of stem apices) and emphasizes the fact that the latest date for grazing depends on the species. through the speed of lignification and the yield of available herbage. In case of under-grazing. there may be an important waste through losses, uneaten material, or deteriora-
tion of the feeding value of the herbage. Damages associated with over-grazing should be rather ascribed to trampling or to lack of grass than to ail too frequent cuts.
The problems encountered with intensive setstocking seem to be altogether different: herbage growth remains relatively constant. whereas in strip grazing it is slow alter the cut and speeds up progressively ; the cuts are too frequent for a pos-
sible effect of fertilization on productivity, although
it does bring about a large increase in crude protein contents; over-grazing appears to have more severe consequences in the case of set stocking.

Télécharger l'article

PDF - 515,37 ko