Numéro #38

15 juin 1969

Les potentialités des cultures fourragères : herbe pérenne et plantes de courte durée (1ère partie)

L'alimentation en eau des plantes fourragères

auteur :

L'auteur se propose d'apprécier la productivité d'une culture en fonction de l'alimentation en eau.L'alimentation en eau dépend de l'énergie reçue par les feuilles (rayonnement net + advection) et des propriétés et de l'importance des surfaces d'échange.L'ETP est une donnée climatique : l'évapotranspiration réelle maximale ETM est fonction du climat mais aussi de l'état de la culture. Elle mesure le «besoin en eau» de la culture mais elle est fonction d'un trop grand nombre de paramètres pour être une estimation de la productivité d'un couvert végétal.Si les besoins ne peuvent pas être couverts par le sol on a ETR > ETM et la production P est proportionnelle à ETR :P = a. ETR - b( b/a = quantité évaporée par le sol) P max = a. ETM - bLe déficit de production: P = a (ETM - ETR).L'efficacité a d'un apport d'eau augmente avec la vitesse de croissance à ETM constant et décroit quand ETM augmente. P max passe par un maximum quand ETM décroît.Pour les cultures fourragères, la production peut être estimée par le raisonnement précédent. Il n'en est pas de même pour les végétaux dont seule une partie est récoltée et commercialisée.En mesurant ETP et en calculant ETM, il est possible, d'après ce qui précède, d'évaluer le déficit de production dû au déficit d'alimentation en eau et de classer les différentes productions vis-à-vis de ce déficit.D'autre part, il est possible de voir, en fonction de ce que coûte une irrigation de correction du déficit en eau, le supplément de production (donc de produit brut/ha) que l'on peut espérer et aussi de choisir parmi les productions qui valorisent le mieux l'irrigation. 

Mots-clés : | | | | | | |
Water supply of forage plants

The author's aim is to evaluate the productivity of a crop according to its water supply.Water supply depends on the energy received by the leaves (not radiation + adviction] and on the characteristics and size of the exchange surfaces.Potential evapotranspiration (PET) is a climate datum ; real maximum evapotranspiration (MET) depends on the climate, but also on the state of the plants. It measures the "water requirement" of the crop, but depends on too many parameters to be an estimate of the productivity of the plant coyer.If the requirement cannot be met by the soil, RET ? MET (RET = real evapotranspiration) and the yield Y is proportional to RET :Y = a. RET – b            (where   b/a = amount evaporated by the soil)            
Y max. = a. MET - b
The yield deficit is equal to :a. (MET - RET).The efficiency "a" of an application of water rises with the growth rate when MET is constant, but lessens when MET increases. Y max. goes through a maximum when MET increases.For forage crops, yields cean be estimated by the foregoing rearoning. This is no longer true for crops of which part only is harvested and commercialized.The measurement of PET and the calculation of MET make it possible, from what has been said above, to estimate the yield deficit due to the water supply deficit and to class all crop productions against this deficit.It is also possible, from the cost of the irrigation needed to correct the water deficit, to determine the yield increase (and therefore the increase in gross return per acre) that can be expected and also to choose among the productions which make the best use of irrigation. 

Télécharger l'article

PDF - 347,34 ko