Numéro #55

15 septembre 1973

Numéro non thématique

Note sur les mélanges de graminées pour prairies

auteur :

A l'occasion du récent arrêté du ministère de l'Agriculture concernant l'interdiction de vendre des mélanges pour prairies, l'auteur fait le point des connaissances sur de tels mélanges et sur leur intérêt prétendu par rapport aux cultures pures.La première partie de cette note résume les conclusions d'études sur les relations sociales entre plantes d'une même variété ou d'espèces différentes : l'équilibre d'un mélange est très sensible à la technique de culture, et la capacité de production très variable au cours de la vie de la prairie ; pour des conditions de milieu déterminées, il y a toujours un des constituants qui, cultivé pur, est supérieur au mélange.Il est incontestable que les mélanges de graminées proposés jusqu'à ce jour n'apportent aucun avantage mais présentent au contraire une série d'inconvénients :- la prairie installée n'est pas une image fidèle du mélange de graines qui a été proposé ;- la valeur alimentaire du fourrage produit par des plantes dont l'évolution est très différente sera toujours inférieure li celle d'un fourrage fourni par des cultures monovariétales (qualité moindre des ensilages et des foins, gaspillage au pâturage) ;- la productivité globale est moindre alors que les investissements et les dépenses d'entretien sont identiques à ceux consentis pour des cultures mono-spécifiques :- les progrès résultant de la sélection des variétés sont sous-utilisés puisque, en les mélangeant, on interdit à chaque variété d'extérioriser ses qualités aussi bien de production que de valeur alimentaire.En Europe, la plupart des chercheurs voient dans la culture mono-spécifique un facteur de progrès décisif pour l'élevage. 

Mots-clés : |
Notes on grass mixture for pastures and meadows

At the moment when the French Ministry of Agriculture has just forbidden the sale of seed mixtures for grasslands, the author gives the present state of knowledge concerning these mixtures and their interest, as compared to pure crops.The first part of this note summarizes the conclusions of investigations on the social relationships between plants of one variety or of different species : the composition of a mixture is very sensitive to the cultivation technique, and the production capacity varies very much in the course of the sward's life. For given environ mental conditions, there is always one of the constituents which, when grown alone, is superior to the mixture.There can be no question that the grass mixtures that have been put forward up-to-now are of no advantage, but have a number of drawbacks :- the established sward does not faithfully reflect the proposed seed mixture ;- the feed value of the herbage produced by plants of very different evolutions will always be less than that of a herbage produced by single varieties (inferior quality of silage and hay, wastage at grazing) ;- the total productivity is less, while inputs and maintenance costs are the same as for mono-specific crops ;- the progress created by varietal selection is under-utilized, since, when mixed, each variety cannot optimally express its potential, as well as from the quantitative than from the qualitative point of view.Most research workers in Europe think the mono-specific crops are a decisive progress for stock-rearing. 

Télécharger l'article

PDF - 492,47 ko