Numéro #55

15 septembre 1973

Numéro non thématique

Influence du mode d'exploitation au printemps sur la production, en quantité et qualité, des graminées fourragères

auteur :

Les systèmes d'exploitation au printemps de 5 espèces de graminées ont été étudiés dans les 7 stations du groupe de travail de l'I.N.R.A., et ceci pendant six années consécutives. Ces systèmes comprenaient des coupes à différents stades végétatifs de la première pousse lors de la croissance des tiges, ainsi qu'une coupe précoce préservant les apex (« déprimage »).Ce travail a permis de tirer trois conclusions principales :1° Le « déprimage » ne supprime pas le cycle reproductif : la graminée épie et fleurit à l'époque normale. Les tiges sont, cependant, moins nombreuses et plus courtes, et les talles végétatives sont plus abondantes. En comparaison avec des stades équivalents d'un cycle reproductif normal (« sans déprimage ») :- le rendement est plus faible et la quantité de fourrage récoltée lors du déprimage ne compense pas cette perte ;- la qualité est meilleure, ce qui est dû au plus grand nombre de talles végétatives. La digestibilité n'a pas été étudiée, mais le sera da ns une série ultérieure d'essais.2° Les différents systèmes de coupe étudiés n'ont pas entrainé d'effet appréciable au-delà de la fin du printemps, c'est-à-dire de la période du cycle reproductif des plantes non coupées. Par conséquent, les éleveurs ne doivent pas s'inquiéter des arrière-effets des systèmes qu'ils pratiquent au printemps sur les repousses des saisons ou des années suivantes. Ces systèmes d'exploitation modifient en fait le processus du tallage au début de l'été, mais le tallage n'est pas le facteur de production déterminant.3° Une production régulière tout au long de l'année n'est pas compatible avec une production totale abondante, tout au moins en tant que conséquence du système d'exploitation adopté au printemps.Une discussion des conséquences de ces résultats pour l'éleveur, en fonction de la façon dont il souhaite utiliser son herbe, conclut ce travail. 

Mots-clés : | | | | | | | |
Influence of spring management on grass yield and quality

In the seven Stations of the working group and for six years, we have studied spring cutting management of five grass species : stage of growth when stems are cut, utilization of an early cut leaving apices unremoved (" deprimage").This work has led us to three main conclusions :1. « Deprimage » does not suppress the reproductive cycle : the grass heads and flowers at the usual lime. Stems are, however, less numerous and shorter, and vegetative tillers are more abundant. Thus, when compared to equivalent stages of a reproductive cycle without " deprimage" ;- yields is lower, and the quantity harvested at « deprimage » does not compensate this loss,- quality is better, due to numerous vegetative tillers. Digestibility has not been studied, but will be in further trials.2. The different cutting managements studied fail to have any appreciable effect after the end of the spring i.e. the period of the reproductive cycle of uncut plants. Thus, the farmers need not worry about any after effect in the following seasons or years. These cutting managements do modify the tillering pattern in the beginning of summer, but tillering is not the determining factor of production.3. A regular production throughout the year and an abundant total one are not compatible, as far as cutting management is concerned.We conclude by discussing the consequences of these results for the farmer, according to the way he wishes to use his grass. 

Télécharger l'article

PDF - 2,02 Mo