Numéro #176

15 décembre 2003

Numéro non thématique

L'autonomie de l'alimentation des systèmes d'élevage allaitant : évaluation et impacts économiques

auteur : | co-auteur :

Pour évaluer la capacité des exploitations d'élevage à valoriser les ressources disponibles, différentes notions d'autonomie (herbagère, fourragère, alimentaire) sont définies et mises en relation avec les performances techniques et économiques des exploitations. Un niveau d'autonomie élevé traduit la capacité de l'exploitation à satisfaire, par ses ressources végétales, une part élevée des besoins des animaux. Dans les zones de montagne et défavorisées étudiées, la principale ressource est l'herbe, pâturée ou récoltée. Dans les exploitations allaitantes, bovines et ovines, les niveaux élevés d'autonomie ne compromettent pas les niveaux de productivité ; ils correspondent à une bonne maîtrise des charges (alimentation et fertilisation), à une bonne rentabilité économique (marge par UGB) et à une utilisation plus rationnelle de l'ensemble de l'exploitation. Ces observations sont confirmées par une expérimentation de type système : une désintensification peut conduire à une amélioration de la rentabilité économique mais nécessite une plus grande technicité pour valoriser au mieux les ressources herbagères.

Mots-clés : | | | | | | | | | | |
Feed self-sufficiency in suckling-livestock farming systems : evaluation and economic effects

In order to evaluate the capacity of livestock farms to take advantage of their available resources, various types of self-sufficiency (regarding pastures, forages, or feeds) have been defined and related to the farms’ technical and economic performances. A high level of self-sufficiency is the mark of the farm’s capacity for meeting a large proportion of the animals’ requirements through its own plant resources. In the mountainous and unfavourable regions studied, the main resource consisted in grass, whether grazed or harvested. In the suckling-stock farms (cattle and sheep) surveyed, high levels of self-sufficiency were compatible with good productivity levels and corresponded besides to an adequate control of costs (both for feeds and for fertilizers), to a good economic return (margin per Livestock Unit) and to a more rational utilization of the farm resources in general. These observations were confirmed by experiments of the system type : dis-intensification may lead to an improved economic profitability, but requires then a greater technical know-how so as to make the most of the available grassland resources.

Télécharger l'article

PDF - 182,74 ko