Numéro #161

15 mars 2000

Numéro non thématique

Pastoralisme au Maghreb : la révolution silencieuse

auteur :

Les systèmes pastoraux et agro-pastoraux des régions marginales du Maghreb connaissent de profondes transformations liées à des changements qui portent à la fois sur l'organisation sociale, sur l'économie et sur les écosystèmes. A quelles évolutions assiste-t'on dans ces systèmes pastoraux et comment réagissent-t'ils face à une sécheresse ?
Comparé au reste des pays méditerranéens, notamment de la rive nord, le pastoralisme maghrébin est marqué par la mobilité des troupeaux et des hommes, et par la persistance de vastes territoires à usage collectif. Leur gestion s'appuie sur des pratiques juridiques où s'entremêlent droit traditionnel, droit foncier musulman et droit étatique moderne. Mais la régression des organisations coutumières et les déséquilibres sociaux, les changements de statut foncier sur l'espace pâturé avec le passage du collectif au privé, la régression de la mobilité et la sédentarisation, conduisent à une nouvelle manière de faire de l'élevage. Les apports de la céréaliculture après défrichement se combinent maintenant à une généralisation de la complémentation sur parcours qu'il faut replacer dans le cadre d'une stratégie anti-risques différente du passé.

Mots-clés : | | | | | | | | | | |
Pastoralism in North Africa : the silent revolution

Deep transformations have taken place in the pastoral and agro-pastoral systems of the marginal regions of Maghreb (North Africa) ; they are linked to changes in the social organization, in the economy, and in the ecosystems.
In opposition to other Mediterranean countries, especially those on the European side, pastoralism in Maghreb is characterized by the mobility of the herds and of the people, and by the persistence of collective rights over large tracts of land. The legal basis of the latter is a mix of traditional law, Islamic land law, and modern state law. The regress of customary organizations however, together with the social imbalances, the changes in the land statute of the grazed grounds caused by the privatization of communal lands, reduced mobility, sedentarization, all lead to a new way of livestock farming. The contributions of cereal crops after land clearing are now combined with range supplementation, a practice which has to be fitted in an overall anti-risk strategy different from that of the past.

Télécharger l'article

PDF - 299,73 ko