Numéro #136

15 décembre 1993

Numéro non thématique

Pédoclimat, fertilisation et croissance des prairies permanentes au printemps. III-Vitesse d'accumulation de la matière sèche et prévision de récolte à l'épiaison

auteur : | co-auteur :

A partir de la comparaison de prairies situées dans différentes conditions pédoclimatiques et soumises à différents régimes de fertilisation, nous étudions le moment où la vitesse d'accumulation de biomasse aérienne ralentit au cours de la pousse de printemps. Ce changement apparaît entre 900 et 1 100°.jour après le 1er février.
Durant la période précédant ce ralentissement, les vitesses de croissance en absence de limitation minérale sont comprises entre 13 et 15 kg MS/°.jour. Les déficiences en azote se traduisent par des valeurs de 50% inférieures. En condition de nutrition P limitante et de composition botanique défavorable, elles ne dépassent pas le tiers des valeurs de référence.
La modélisation de la quantité de matière sèche aérienne au voisinage de l'épiaison des graminées (avant la phase de ralentissement de la vitesse d'accumulation) est réalisée de deux manières. Le premier modèle concerne la prévision du rendement en fonction des niveaux de nutrition présumés. 83% de la variance est expliquée en prenant en compte la nutrition azotée, le type de prairie et l'alimentation hydrique. Le second modèle est basé sur le fait que, sauf accident climatique (sécheresse en particulier), plus tôt est le départ en végétation (interception plus importante du rayonnement incident), plus élevé est le rendement ultérieur. De ce fait, la discrimination précoce des situations culturales par un indicateur comme la hauteur d'herbe permet de prévoir le classement de ces situations du point de vue de la quantité de matière sèche à des dates ultérieures.

Mots-clés : | | | | | | |

From data gathered from permanent pastures under various conditions of soil and climate, and subjected to different policies, the time was studied at which accumulation of above-ground dry matter begins to decrease in Spring. This occurs between 900 and 1100°C.day, starting from 1st February.
Before that time, and when mineral nutrition is not limiting, growth rates between 13 and 15 kg DM/°C.day ; they are lower by half in case of nitrogen shortage, and lower by about 70% when P nutrition is inadequate and the botanical composition unfavourable.
Modelisation of the amount of dry matter accumulated near the stage of ear emergence of the grasses has been attempted by two methods. The first consists in predicting the dry matter yield from the presumed nutritional level ; 83 per cent of the variance is explained by the nitrogen supply, the pasture type and the water supply. The second method is based on the fact that, unless there are weather hazards such as drought, the earlier the start of growth (because of the interception of a larger proportion of incident radiation), the higher the final dry matter yield will be. Early observations of pasture features such as sward height make it possible to predict the ranking of productivities of these pastures later on.

Télécharger l'article

PDF - 773,70 ko