Numéro #125

15 mars 1991

Numéro non thématique

Réflexions sur la dynamique de la végétation des prairies en moyenne montagne du Massif Central. I-Les prairies de fauche

auteur :

L'étude de la dynamique de la végétation prairiale permet de mettre en évidence les facteurs de variation de la composition botanique et leur impact sur les productivités végétales et, si possible, animales. A partir des nombreuses recherches effectuées dans le Massif Central concernant l'agronomie de la prairie, cet article fait le point des acquis et des voies de recherches à poursuivre pour les prairies de fauche.
Il existe un gradient des espèces selon le gradient trophique : les espèces oligotrophes ont un appareil aérien qui les défavorise dans la compétition pour la lumière. Cependant, les apports de lisier peuvent avoir un effet spécifique en favorisant les ombellifères. L'étude, la gestion du carbone et de l'azote des espèces selon leur niveau trophique devrait permettre de mieux comprendre les mécanismes de compétition.
Les prés de fauche fertilisés par le lisier sont souvent envahis par les ombellifères. La fermentation aérobie du fumier et le pâturage permettent d'améliorer la composition botanique. Le trèfle blanc peut être ressemé avec profit pour la qualité de l'herbe et la nutrition de la prairie. A l'avenir, la maîtrise et la connaissance du rôle du trèfle blanc doivent être des objectifs de recherche prioritaires.
Les méthodes de drainage actuelles (fossés de ceinture et drains enterrés), qui permettent la récolte avec des engins lourds, favorisent un dessèchement estival plus marqué, défavorable à la productivité.
La notion de plante indicatrice est discutée car elle peut difficilement rendre compte des interactions entre milieu et techniques.

Mots-clés : | | | | | | | | | | |

The study of grassland sward dynamics is a means of revealing the factors responsible for the changes in the floristic make-up and their effect on plant and, if possible, animal productivities. This paper summarizes the results of numerous studies carried out on grassland agronomy in the Massif Central, and shows in which directions further investigations on hays meadows are to be made.
Their is a gradient of species which follows the trophic gradient. The above-ground parts of oligotrophic species are unfavourable in the competition for light. Applications of slurry, however, may wield a specific effect by promoting the Umbelliferae. The study of carbon and nitrogen balances in the various species according to their levels of nutrition should give a clue to the mechanisms of competition.
Hay meadows fertilized with slurry are often invaded by Umbelliferae. Aerobic fermentation of manure and grazing may improve the floristic make-up of the swards. White clover may be oversown, so that both herbage quality and sward nutrition will be bettered. In the future, priority should be given in research programmes to the mastering and the knowledge of the functions of white clover.
Present drainage methods (girdling ditches, underground drains), which are designed for the passing of heavy harvesting machines, bring about a drying-up of the soil in Summer, which is unfavourable to productivity.
The notion of indicator plants is discussed : it hardly takes into account the interaction between environment and agricultural techniques.

Télécharger l'article

PDF - 683,76 ko