Numéro #118

15 juin 1989

Numéro non thématique

Au Pays de Retz, les exploitations laitières des C.E.T.A. recherchent des systèmes fourragers moins coûteux

auteur :

Dès les années 70, les éleveurs du Pays de Rets ont base les systèmes fourragers intensifiés sur l'utilisation importante des ensilages de ray-grass d'Italie et de maïs. Depuis l'instauration des quotas, ne pouvant plus maintenir leurs revenus par une augmentation du volume de lait produit, les éleveurs cherchent à réduire leurs coûts de production. Parallèlement, les structures d'exploitation, traditionnellement petites, s'agrandissent et accentuent la nécessité de faire évoluer les systèmes fourragers.
Les céréales ont été réintroduites, et avec elles la possibilité d'implanter plus facilement des prairies de longue durée. De ce fait, le pâturage et le foin ont été réhabilités, mais les surfaces d'herbe ensilées ont peu diminué. Ces évolutions, permettant de réduire la surface en maïs, vont dans le sens d'une réduction des coûts de production. Les éleveurs cherchent également à réduire les coûts de fertilisation en raisonnant mieux les différents apports.

Mots-clés : | | | | |

In the 70’s, the dairy farmers of the « Pays-de-Retz » based their intensified forage systems on a large use of Italian ryegrass silage and maize silage. With the present system of quotas they can no longer maintain their level of income by producing larger quantities of milk, and try to lessen their production costs. At the same time, the traditionally small-sized farms become larger, a fact with strengthens the necessity of changing the forage systems.
Cereals have been re-introduced, so that long duration leys can be established with greater facility. Grazing and hay-making have thus gained new favour, but the areas cut for silage have diminished but little. These changes, which reduced the area sown with maize, tend to lessen the production costs. The farmers try also to lessen their fertilizer costs, by adjusting more tightly the different applications to the requirements.

Télécharger l'article

PDF - 367,93 ko