Numéro #110

15 juin 1987

Numéro non thématique

Le séchage du foin au champ. II-Modélisation du séchage et jours disponibles pour la fenaison. La méthode de Luder et son application (exemple des Alpes du Nord)

auteur : | co-auteurs :

Dans sa première partie, l'article présente de façon détaillée la méthode de LUDER. Le modèle de séchage utilise comme indice climatique le Déficit de Saturation. Cumulés, les déficits de saturation permettent de savoir le temps nécessaire au séchage du foin, et une approximation des sommes de déficits de saturation est possible en utilisant le déficit de milieu de joumée. Ensuite, un organigramme permet de classer chaque jour : favorable ou non à la fenaison. La notion de risque climatique peut ainsi être définie. La fiabilité de ce modèle, testé en Lorraine, est discutée.La deuxième partie présente l'adaptation qui a été faite du modèle de LUDER dans les Alpes du Nord:- adaptation aux données météorologiques (températures minimum et maximum) disponibles dans les postes météorologiques locaux;- adaptation du modèle à la diversité des végétaux, des milieux et des techniques;- réalisation d'un algorithme de dépouillement des séquences propices au séchage et qui tente de prendre en compte les contraintes de milieu, de matériel ou les choix effectués par l'agriculteur.Diverses conclusions pratiques ont ainsi pu être tirées dans le cas du poste météorologique d'Arèches (Haute-Savoie). 

Mots-clés : | | | |
Field - curing of hay. II-Setting up of a curing model and determination of available days

The first part of the paper describes LUDER's method in detail. The curing model uses the saturation deficit as a c1imatic index. The cumulated saturation deficits make it possible to determine the duration necessary for hay-curing, and an approximation of the sum of these deficits is possible by the use of the mid-day values. A chart gives then the classification of each day: propitious or not to curing. A climatic risk can thus be defined. The trustworthiness of the model, tested in Lorraine, is discussed.The second part deals with the adaptation of LUDER's model to the Northern Alps:- adaptation to the weather data (minimum and maximum temperatures) available in the local meteorological stations;- adaptation of the model to the various types of vegetation, environments, and techniques;- setting-up of an algorithm for the utilization of the propitious sequences, where it is attempted to allow for the constraints of the environment or of the equipment, and for the choices made by the farmers.Various practical conclusions could thus be drawn, in the case of the weather station at Arèches (Haute-Savoie). 

Télécharger l'article

PDF - 915,21 ko