Numéro #186

14 juillet 2006

Prairies, élevage, consommation d'énergie et gaz à effet de serre (1re partie)

Emissions de gaz à effet de serre en bâtiment d’élevage bovin

auteur : | co-auteur :

L'activité agricole contribue à l'émission de Gaz à Effet de Serre (GES) au travers du dioxyde de carbone (CO2), du méthane (CH4) et du protoxyde d'azote (N2O). Selon les estimations nationales des émissions à partir des recommandations de l'IPCC développées à l'échelle mondiale, l'agriculture est responsable de 20% des émissions de GES au niveau français. Sur ces 20%, 60% proviennent des sols agricoles et de la consommation d'énergie, et 40% sont liés à l'activité d'élevage. Au-delà de la fermentation ruminale qui est estimée à environ 100 kg de CH4/UGB/an, il y a également une production de CH4 et N2O par les déjections dans les bâtiments et le stockage. Les valeurs officielles actuelles sont de 40 kg de CH4/UGB/an quel que soit le produit, le type de bâtiment ou le mode de stockage.
Ces données sont issues de la littérature étrangère avec une typologie des combinaisons de systèmes de logement, stockage, pratiques de l'éleveur, différente de celle rencontrée au niveau national. Les facteurs d'émission de la typologie française n'ont pas été validés en France, par défaut de travaux complets menés sur le sujet. Par conséquent, les organismes professionnels et publics ont lancé une étude relative à la mise au point méthodologique de mesures simplifiées des GES sur le segment bâtiment-stockage pour aider à la quantification des émissions agricoles de GES puis faciliter la mise en place d'une politique de réduction au travers de mesures d'atténuation.

Mots-clés : | | | | | | |
Production of greenhouse-effect gases in farm buildings used for housing cattle

Farming contributes to the production of greenhouse-effect gases : carbon di-oxyde (CO2), methane (CH4), and nitrogen proto-oxyde (N2O). According to estimations on the national scale of these gas productions, based on the recommendations by IPCC made on a world scale, farming is responsible for 20% of these in France. Some 60% of these 20% are from the soils and from energy consumption and 40% from livestock rearing.
Apart from the ruminal fermentation, estimated at some 100 kg CH4 per L.U. per year, there is also a production of CH4 and N2O by the dejections in the sheds and outside. The present official values amount to 40 kg CH4 per L.U. per year, for all types of product and of housing and storage method.
The data are from foreign literature, using a technology for the combinations of housing systems, storage systems, and farmers’ practices that differs from that used in France. The production factors in the French typology have not yet been validated, for lack of complete studies on the subject. As a consequence, professional and public organizations have initiated a study on the definition of simplified methods for the measurement of greenhouse-effect gases from sheds and dejection stores in order to facilitate the quantification of the gas productions of agricultural origin, and later set up a policy of gas reduction via measures of attenuation.

Télécharger l'article

PDF - 294,63 ko