Numéro #187

16 octobre 2006

Prairies, élevage, consommation d'énergie et gaz à effet de serre (2e partie)

Système de culture et nutrition azotée. Effets sur les émissions de GES et le bilan énergétique

auteur : | co-auteurs :

La plupart des études concernant les bilans énergétiques et l'émission de gaz à effet de serre (GES) en agriculture sont effectuées au niveau du système d'exploitation. Cette étude, menée au niveau du système de culture d'une exploitation d'élevage, permet de mesurer l'impact de la nutrition azotée des cultures sur les bilans énergétiques et l'émission de GES, et ainsi de donner des éléments de maîtrise au niveau de la conduite des cultures.
La gestion de la fertilisation azotée est considérée comme un des leviers les plus importants dans la maîtrise de la consommation d'énergie et l'émission des gaz à effet de serre en agriculture. En exploitation d'élevage herbivore, les sources d'azote sont multiples (engrais minéral, effluents d'élevage, fixation symbiotique). Pour quantifier les effets du type de nutrition azotée, nous avons étudié le cas de deux systèmes de culture contrastés ("Du maïs toute l'année" et "150 jours de pâturage seul"). Les conduites des cultures mises en œuvre dans chaque cas sont cohérentes entre elles (prise en compte de l'effet des précédents, de la valeur fertilisante des engrais de ferme…) et cohérentes avec le système d'élevage. Les résultats soulignent l'impact du type de culture, de sa conduite (niveau de fertilisation et de production, apport de fumier, mode de récolte, intrants…) et de l'ensemble du système de culture. Le système "150 jours de pâturage seul" est basé sur une association ray-grass anglais – trèfle blanc sans apport azoté, qui induit une très forte diminution de la consommation d'énergie et de la production de GES, par rapport à la prairie de ray-grass anglais fertilisée. Au niveau des systèmes de culture, l'effet persiste mais de façon atténuée.

Mots-clés : | | | | | | | |
Crop system and nitrogen nutrition. Effects on the production of greenhouse-effect gases

Most studies regarding energy balances and the production of greenhouse-effect gases in agriculture are made at the farm level. The present study, carried out at the level of the cropping system of a livestock farm, gives a means of measuring the effect of the nitrogen nutrition of the crops on the energy balances and on the production of greenhouse-effect gases ; elements for the control of these will thus be available at the level of crop management.
The management of nitrogen fertilization is considered as one of the most important tools for the control of energy consumption and of the production of greenhouse-effect gases in agriculture. In order to quantify the effects of the type of nitrogen nutrition, two contrasting crop systems were compared ('maize feeding the year round' and '150 days of grazing only'). In each case, the systems of management were consistent with themselves (effect of preceding crop and value of fertilizer produced on the farm accounted for…) and also consistent with the stock rearing system. The results emphasize the effect of the type of crop, of its management (level of fertilization and of production, manure dressings, harvesting method, inputs…) and of the whole cropping system. The '150 days of grazing only' system is based on a Perennial Ryegrass – White Clover association, receiving no nitrogen fertilizer, which brings about a large decrease in energy consumption and in the production of greenhouse-effect gases, as compared to a fertilized Perennial Ryegrass ley. At the crop system level, the effect persists, but in an attenuated way.

Télécharger l'article

PDF - 245,31 ko