Numéro #193

31 mars 2008

Prairies, fourrages et impacts sur la qualité de l'eau (2e partie)

Compostage du fumier de bovins et utilisation sur prairie. Enquête dans 21 élevages du Calvados

auteur : | co-auteurs :

Une enquête a été menée en 2003 chez 21 éleveurs de bovins du Calvados compostant leur fumier, pour mieux connaître les pratiques de compostage et la manière dont les éleveurs prennent en compte le compost dans la fertilisation des prairies. Les 2 principales motivations évoquées pour le compostage sont le gain de temps et de volume pour l'épandage et la valorisation du fumier. C'est généralement le fumier d'hiver qui est composté, stocké en bout de champ et retourné 2 fois avant épandage. Il est apporté au printemps, tous les 2 ans, sur les prairies fauchées et pâturées, en moyenne à la dose de 10-15 t/ha ; les prairies sont ensuite pâturées 0 à 2 mois après. L'enquête révèle qu'une bonne part des éleveurs prend en compte l'apport que représente le compost en éléments fertilisants (N-P-K) pour la prairie mais l'ajustement des doses d'engrais est effectué de manière empirique.

Mots-clés : | | | | | | | | | |
Composting cattle manure and utilizing it on pastures. A survey of 21 livestock farms in Calvados

A survey of 21 cattle farms in Calvados was made in 2003 in order to get a better knowledge of the composting practices of the farmers and of their taking into account of the compost when fertilising their pastures. The two main reasons given for composting were the saving of time and of volume when spreading, and the better utilisation of the manure. It is generally the winter manure that gets composted, stored at the edge of fields, and turned over twice before being spread. The dressing takes place every other year, on mown and grazed pastures, at an average rate of 10-15 t/ha; the pastures are then grazed 0-2 months later. The survey showed that a good number of farmers took into account the mineral elements (N-P-K) contained in the compost for the fertilisation of their pastures, but that the adjustment of the mineral fertilisers was empirical.

Télécharger l'article

PDF - 44,74 ko