Numéro #200

24 décembre 2009

Prairies, fourrages, herbivores. 50 ans d'évolution et nouveaux enjeux

Situation, débats et controverses au début de la Révolution fourragère des années 50 : des sujets encore d’actualité en 2009 ?

auteur :

Dans les années 50, alors que les idées de la Révolution fourragère commençaient à diffuser en France et à mettre en avant les prairies temporaires monospécifiques intégrées dans la rotation, d'autres scientifiques travaillaient sur la valorisation de la prairie permanente. Avec le recul, retracer ces controverses est riche d'enseignements.
Venus d'Angleterre, les principes de la Révolution fourragère ont été largement diffusés par la recherche, les organismes de vulgarisation et les acteurs économiques dans les années 50. Leur cohérence globale a permis d'accroître la productivité des fourrages et des herbivores et d'en faire un moteur de développement des exploitations, avec cependant quelques excès. A la même époque, A. Voisin et L.Hédin proposaient des méthodes de conduite et d'exploitation de la prairie permanente et d'amélioration de la végétation en prenant en compte le contexte pédo-climatique et géographique de la prairie, sans négliger l'aspect humain. Les débats entre ces différentes conceptions se retrouvent dans les confrontations actuelles entre les nécessités de la productivité et le respect de la nature et de sa diversité ; Aujourd'hui, il est intéressant de constater que l'on utilise avec plus de rationalité les méthodes préconisées par la Révolution fourragère, que prairie temporaires et permanentes sont devenues complémentaires dans les systèmes fourragers. La valorisation des prairies permanentes et la reconnaissance de la multifonctionnalité des prairies s'inscrivent dans le développement durable, et la protection de l'environnement.

Mots-clés : | | | | | |
Are the situation, the debates and the controversies of the beginning of the 'Forage Revolution' in the fifties still of interest in 2009 ?

In the fifties, when the ideas of the 'Forage Revolution' began to spread in France, bringing up such ideas as the inclusion of mono-specific pastures (leys) into the rotation, other scientists concentrated on the usefulness of the permanent pastures. When looking back on these controversies, they are found to be very instructive.
The principles of the 'Forage Revolution', originating from Great-Britain, were widely circulated by research workers, extension services and the economic agents during the fifties. Their general consistency led to an increased productivity of the forage crops and of the herbivorous stock, as well as to the development of the farms, in spite of certain excesses. At the same time, A. Voisin and L. Hédin proposed methods for the management and utilization of permanent pastures, taking into account the pedo-climatic and geographic context, without neglecting the human side of the question. The debates that took place then among the various conceptions find an echo in the present controversies opposing the requirements of productivity and the respect of nature and of its diversity. Nowadays, it is of interest to note that the methods advocated by the 'Forage Revolution' are applied more rationally, and that the leys and the permanent pastures have become complementary in the forage systems. The correct utilization of the permanent pastures and the acknowledgement of the multi-functionality of grasslands are part of the sustainable development and of the protection of the environment.

Télécharger l'article

PDF - 229,25 ko