Numéro #139

15 septembre 1994

Valorisation des engrais de ferme par les prairies (1ère partie)

Déjections et fertilisation organique au pâturage

auteur : | co-auteur :

L'azote non maîtrisable des déjections émises au pâturage représente une fraction très importante de l'azote restitué annuellement par les animaux. Ces déjections se caractérisent par une très grande variabilité de leurs caractéristiques (volumes, concentrations, répartition,…) qu'il conviendrait de mieux connaître. Si, à court terme (1 ou 2 ans), les bouses ont peu d'effet sur le lessivage de nitrate, les pissats, principale source d'excrétion des excédents d'azote, sont à l'origine des problèmes de pollution nitrique sous pâture en conduite intensive.
Diverses expérimentations ont montré que, à quantités égales d'azote efficace, l'épandage des déjections maîtrisables (fumiers, lisiers, purins) était équivalent à une fertilisation minérale, tant pour les performances fourragères et animales que pour le lessivage d'azote. En épandant ces déjections sur les prairies (de fauche ou de pâture), on pourrait limiter leur concentration sur les cultures annuelles et limiter ainsi les risques de pollution nitrique. Le raisonnement de la fumure azotée des prairies pâturées est fondamental ; deux outils sont présentés.

Mots-clés : | | | | | |

Uncontrolled nitrogen from dung and urine during grazing periods constitutes an important part of the nitrogen returned annually by the animals. The characteristics of these uncontrolled excreta are very variable (volumes, concentrations, distribution…) and should be better known. Dung patches have little short-term (1 or 2 years) effects on nitrate leaching, but urine patches are the main source of nitrogen surplus excretion and lead to problems of nitrate pollution under intensive grazing.
It was shown in various trials that the application of controlled animal excreta (farmyard manure, slurry, liquid manure) is equivalent to the dressing of mineral fertilizers of equal nitrogen content, as regards both the performances of the grass and of the animals, and the leaching of nitrogen. If the animal excreta were applied on pastures (mown or grazed), the concentration of nitrogen on annual crops would be limited, and the risk of pollution thus reduced. It is essential that the nitrogen fertilization of grazed pastures be based on an rationale ; two tools are presented to this purpose.

Télécharger l'article

PDF - 1,08 Mo