Numéro #139

15 septembre 1994

Valorisation des engrais de ferme par les prairies (1ère partie)

Contribution des apports organiques à la fertilisation phosphatée et potassique des prairies

auteur :

Qu'ils proviennent des élevages ou des stations d'épuration, les effluents organiques contiennent toujours, certes en quantité variable et sous des formes diverses, du phosphore et du potassium. Leur emploi pour la fertilisation des prairies, en remplacement ou en complément des engrais minéraux et des déjections au pâturage, est non seulement possible mais recommandé. On peut considérer que le potassium de ces effluents a toujours la même efficacité que celle des engrais du commerce. Tel n'est pas le cas du phosphore dont la disponibilité pour les plantes dépendra beaucoup de la nature de l'effluent et des éventuels traitements qu'il a subi. Les niveaux de fertilisation nécessaires sur prairies, qui ne devraient que rarement dépasser 60 kg P2O5/ha et 150 kg K2O/ha, pourraient assez souvent être couverts par les seuls apports d'effluents organiques.

Mots-clés : | | | | | |

Organic effluents, whether they originate from livestock or from sewage disposal stations, do always contains phosphorus and potassium, albeit in variable amounts and in diverse forms. To use them as partial or total substitutes for mineral fertilizers and animal excreta on grazed pastures is not only possible, but recommended. The potassium contained in these substances can be considered to be as efficient as that of commercial fertilizers, whereas the availability of phosphorus to plants depends to a large extent on the nature of the effluent and on the possible treatments it has undergone. The amounts of nutrients required on pasture, rarely exceeding 60 kg P2O5 per ha and 150 kg K2O per ha, should often be amply supplied by the application of organic effluents alone.

Télécharger l'article

PDF - 662,79 ko