Numéro #139

15 septembre 1994

Valorisation des engrais de ferme par les prairies (1ère partie)

Utilisation du lisier de porcs sur des prairies de ray-grass anglais pâturées par des vaches allaitantes

auteur : | co-auteurs :

Depuis 2 années, une expérimentation est conduite dans les Côtes-d'Armor : des vaches allaitantes (vêlages en janvier) pâturent en rotation de mars à décembre des prairies de ray-grass anglais. Du lisier de porcs assure quasiment intégralement la fertilisation NPK (100-110N) de ces surfaces. Adaptée à cette fumure, la surface pâturée de 80 à 82 ares par vache + veau permet des croissances satisfaisantes pour les veaux (1080 g par jour, au pâturage) et conduit à récolter des excédents de printemps en quantité suffisante pour les besoins d'un hivernage des vaches de courte durée. Les rejets azotés sont comparables à ceux observés avec des vaches laitières et le bilan apparent de l'azote (+ 140 N/ha/an) semble acceptable pour le système considéré.

Mots-clés : | | | | | |

A trial has been carried out for two years in Brittany (Côtes d’Armor) on perennial rye-grass pastures strip-grazed from March to December by suckling cows (calving in January). NPK nutrients are supplied almost uniquely by pig slurry (100-110 units of N). The stocking rate (1 cow + her calf on 0.80-0.82 ha) is adapted to this fertilization ; growth of the calves is satisfactory (1080 g per day, at grazing), and the Spring grass surplus is enough for the feeding of the cows during the short Winter period. Nitrogen waste is comparable to that observed with dairy cows, and the apparent nitrogen balance (+ 140 kg Nper ha per year) seems to be admissible for this system.

Télécharger l'article

PDF - 252,94 ko