Numéro #109

15 mars 1987

Numéro non thématique

Comportement du trèfle blanc associé à des graminées en Basse-Normandie. II-Etudes physiologiques en culture pure

auteur : Leconte D. -

Depuis 1981, des essais conduits au Pin-auHaras permettent d'aborder la phase explicative du comportement du trèfle blanc avec des études physiologiques en culture pure.Au printemps, la température du sol inférieure à 9 °C inhibe le fonctionnement des nodosités. Le recours à l'azote minéral est alors indispensable pour assurer la croissance de l'association.L'azote augmente la production de l'association mais, lors de cycles longs, le trèfle s'épuise en allongeant ses pétioles pour survivre, élabore moins de feuilles et diminue ainsi le nombre de sites de ramification.En cours de saison, la rapidité de repousse du trèfle augmente lorsque la température du sol croît de 9° à 20 °C.L'ombrage du couvert végétal en place empêche la ramification des stolons et limite ainsi l'extension du trèfle.Un intervalle entre coupes de 4 à 6 semaines permet la meilleure production de feuilles vertes et assure la récolte d'un fourrage de bonne qualité.A l'automne, le trèfle stocke de l'amidon dans ses stolons pour assurer sa survie hivemale ; ses réserves sont importantes lors de coupes espacées de 6 semaines.Au cours de l'hiver, lorsque la végétation est rase, le trèfle met en place des ramifications à chaque nœud. Il assure ainsi sa pérennité et une production importante au printemps. Ces études en culture pure ont permis d'élaborer des hypothèses et de comprendre le comportement du trèfle en association. Nous précisons également le seuil au-delà duquel la survie du trèfle et l'équilibre de l'association semblent être compromis. 

Télécharger l'article

PDF - 423,36 ko