Numéro #203

15 septembre 2010

Les usages émergents des surfaces prairiales et des espèces fourragères (2e partie)

Effet du pâturage hivernal des couverts sur la lixiviation du nitrate

auteur : Besnard A. - | co-auteur : Hanocq D. -

La présence de couverts végétaux hivernaux est recommandée pour éviter érosion et lixiviation de nitrate dans les eaux de drainage. En zone d'élevage, se pose alors la question de la valorisation de ces couverts ; est-il envisageable de les faire pâturer, alors qu'à cette période, le risque de lessivage est important ? Un essai mis en place dans le Finistère, pendant 3 hivers, a comparé 5 traitements sur culture intermédiaire de ray-grass d'Italie : le témoin ni fertilisé, ni pâturé a été comparé à des ray-grass pâturés (soit en décembre, soit en octobre + janvier), fertilisés (50 kg N/ha) ou non au semis (vers mi-août). Le pâturage hivernal permet de valoriser jusqu’à 1,5 t MS/ha de ray-grass. Les pertes de nitrate ont des cinétiques différentes, selon l'importance et la période des précipitations d'automne et d'hiver. Par rapport au témoin, le pâturage en octobre ou en décembre n’entraîne pas d’augmentation importante de la quantité d’azote lixivié à condition de ne pas apporter d’azote au semis.

Télécharger l'article

PDF - 180,14 ko