Numéro #122

15 juin 1990

Numéro non thématique

Intensification des prairies des marais de l'Ouest. III-Propositions pour l'amélioratrion de leur conduite

auteur : Pons Y. - | co-auteurs : Capillon A. - Damour L. - Lafon E. -

Les prairies des Marais de l'Ouest sont sujettes aux excès d'eau en hiver et leur production est faible. En revanche, leur potentiel pédo-climatique est élevé quel que soit le type de marais, à condition de maintenir le niveau de la nappe d'eau en hiver autour de -10 à -20 cm (10-12 t MS/ha dans le marais desséché non irrigué et 14 t MS/ha dans le marais mouillé pour lequel l'alimentation hydrique estivale n'est pas limitante).
Dans le marais mouillé, les insuffisances minérales (P et K) rendent les apports azotés inefficaces ; dans le marais desséché, la production croît avec la dose d'azote dont l'optimum est d'environ 200 kg/ha. Les techniques de désherbage et de sursemis sont inefficaces et donc coûteuses si elle ne sont pas complétées par des fertilisations appropriées. La faible portance des terrains retarde les dates d'exploitation des prairies, d'où des refus et une baisse de la valeur alimentaire des ensilages. Une étude fréquentielle climatique précise ces risques.
L'intérêt des techniques préconisées pour obtenir le potentiel de production est discuté en fonction des coûts d'intensification, des contraintes d'utilisation par les agriculteurs et de la gestion de l'espace naturel. Compte tenu de sa mise en œuvre facile, une telle démarche de diagnostic est réalisable par les techniciens de développement agricole.

Télécharger l'article

PDF - 817,69 ko