Numéro #233

02 mai 2018

Sécuriser son système d'élevage avec des fourrages complémentaires : méteils, dérobées, crucifères... (I)

Méteils normands : plus de protéines pour plus d'autonomie. Des expériences enrichissantes

auteur : Fesneau A. - | co-auteurs : CASSIGNEUL S. Delbecque D. - Fortino G. - JEULIN T. - Olivier F. - Vallet E. -

La recherche d'autonomie protéique par les éleveurs normands, relayée par les structures de Développement, s'est concrétisée par l'étude de méteils ensilés accordant une large place aux protéagineux. Ces méteils doivent fournir au moins 5 t MS/ha d'un fourrage dépassant les 16 % de MAT, en culture dérobée avant le maïs. Des essais conduits à la ferme expérimentale de La Blanche Maison ont montré l'intérêt du mélange pois protéagineux - féverole - triticale, qui fournit une production précoce de MAT (fourrage à 17-20 % de MAT), compatible avec le semis du maïs. D'autres mélanges, moins précoces, sont également intéressants et peuvent s'envisager avant un semis de prairie par exemple. La production de parcelles de méteils suivis dans des exploitations normandes est en moyenne de 5,8 t MS/ha à 15,8 % de MAT soit l'équivalent de 2 t de tourteau de soja par hectare. Ces observations permettent d'affiner la composition des méteils selon les conditions pédoclimatiques locales et les objectifs recherchés.

FESNEAU A., JEULIN T., OLIVIER F. & al., 2018. Méteils normands : plus de protéines pour plus d'autonomie. Des expériences enrichissantes. Fourrages n°233. 15-18.