Numéro #95

15 septembre 1983

Intérêt du trèfle blanc (2e partie)

Quels enseignements tirer des essais sur les prairies temporaires de graminées-trèfle blanc ?

auteur : Besnard A. - | co-auteurs : ARNAUD R. - Leconte D. -

Les associations graminées-trèfle blanc présentent un certain nombre d'avantages: elles permettent de produire de 7 à 14 t/ha de M.S. d'un fourrage riche en protéines et en constituants minéraux, et ceci avec une utilisation modérée d'engrais azotés.La production de telles associations est moins importante au printemps, mais supérieure en été à celle d'un peuplement pur de graminées. Pour obtenir une participation du trèfle blanc de 30 à 50 %, il est conseillé de semer environ 4 kg/ha de trèfle blanc avec, pour la graminée, sensiblement la même dose que si elle était cultivée pure. Le mode de semis importe assez peu pour la production globale de la prairie.Le trèfle blanc de type Hollandicum est mieux adapté à la moitié nord de la France que le type Ladino, plus méridional. De nombreuses graminées peuvent être associées au trèfle blanc, à condition d'être adaptées aux conditions locales.Le désherbage peut être envisagé pour les semis d'été.Des apports azotés réguliers limitent la contribution du trèfle blanc, et ceci d'autant plus que la dose d'azote est plus élevée; cependant, des apports de printemps réalisés avant le départ en végétation du trèfle sont peu nocifs. L'efficacité de l'azote minéral est moindre sur une prairie d'association que sur une prairie de graminée.Les fertilisations phosphatées et potassiques sont particulièrement importantes pour le maintien du trèfle blanc.Les coupes tardives augmentent la production annuelle de l'associaiton mais limitent la proportion de trèfle blanc.Divers autres facteurs pédoclimatiques interviennent également. 

Télécharger l'article

PDF - 611,66 ko