Numéro #98

15 juin 1984

Place et rôle de la prairie permanente dans les systèmes fourragers

Utilisation de prairies permanentes et temporaires par un troupeau de vaches allaitantes en zone de demi-montagne humide

auteur : Jeannin B. - | co-auteurs : Béranger C. - Garel J.P. - Micol D. -

Le Domaine I.N.R.A. de Marcenat (Cantal), situé à 1 000 m d'altitude sur des plateaux d'origine volcanique, a été le site de nombreuses études sur les systèmes de pâturage de 1973 à 1979. 4 systèmes de pâturage tournant ont ainsi pu être comparés au cours d'années climatiquement très variées; ils diffèrent par le niveau de chargement (1,4 à 1,8 couples/ha), par la nature (temporaire ou permanente) et la proportion de la surface fourragère adjointe en été aux surfaces pâturées.Pour chacun de ces 4 cas, l'utilisation de la surface de base et de la surface additionnelle est présentée dans le détail : maîtrise des épis, des refus selon le rythme de rotation, le chargement. Une surface additionnelle de prairie temporaire augmente la production de réserves hivernales ainsi que le chargement au pâturage.L'intensification de la prairie permanente (fauchée puis pâturée avec fertilisation assortie) permet d'accroitre le chargement, mais les surfaces fauchées (déterminant les réserves hivernales) varient beaucoup plus avec les conditions climatiques que dans le système traditionnel. 

Télécharger l'article

PDF - 703,04 ko