Numéro #101

15 mars 1985

Numéro non thématique

Utilisation du ray-grass d'Italie en pâturage rationné par la chèvre laitière

auteur : Masson C. - | co-auteur : Hacala S. -

Deux lots comparables de chèvres pâturent du ray-grass d'Italie et reçoivent des complémentatIons différentes (600 et 900 g/j). Le pâturage rationné est effectué avec un fil avant et un fil arrière avancés chaque jour d'une demi-parcelle.Les quantités totales ingérées sont satisfaisantes (respectivement, en moyenne, 2,7, 2,0 et 1,3 kg M.S./chèvre/jour aux 3 cycles) et les quantités de fourrages ingérées sont identiques dans les 2 lots (1,3, 1,4 et 0,7 kg M.S./chèvre/jour) mais insuffisantes au 3e cycle où le volume de fourrage offert était insuffisant.Curieusement, la production laitière est moindre dans le lot consommant le plus de concentré mais les taux butyreux et azotés y sont significativement supérieurs.Le taux de refus moyen est de 40-50 %. La valeur énergétique de l'ingéré est supérieure de 3-15 % à celle du fourrage offert ; pour la valeur azotée, la différence est de 15-30 % au 1er cycle, mais négligeabIe aux cycIes suivants.Le ray-grass d'Italie semble la graminée la mieux utilisée en pâturage rationné par la chèvre laitière, mais son niveau d'ingestion reste inférieur à celui observé  avec des légurnineuses, et en particulier avec le trèfle violet. 

Télécharger l'article

PDF - 481,38 ko