Numéro #34

15 juin 1968

Aspects techniques et économiques de l'évaluation des productions fourragères au niveau de l'entreprise agricole

Niveau des rendements fourragers et réussite de l'entreprise agricole

auteur :

En Allemagne, le résultat économique d'une exploitation à vocation fourragère est lié à la valorisation du travail. Il s'agit en général d'exploitations familiales. Comme les coûts sont élevés par unité de surface, il faut s'efforcer d'obtenir des rendements plus élevés et d'abaisser les coûts par unité d'élevage. D'après des résultats statistiques, il apparaît que le revenu augmente de façon linéaire avec le rendement/hectare.Les résultats de l'étude sur les prairies de l'exploitation expérimentale de Weiherhof montrent l'influence de la production par unité de surface sur le revenu de l'exploitation et la rémunération du travail. On compte, dans les fermes des régions semi-montagneuses de Hesse, une augmentation de rendement de 9,5 kg d'unités amidon par kilogramme d'azote apporté. Comme les coûts de production du fourrage s'abaissent quand les rendements augmentent, la production fourragère fait l'objet de soins particuliers dans les exploitations à hauts rendements fourragers. Le calcul des coûts des productions fourragères fait ressortir l'influence du rendement à l'unité de surface sur l'importance du cheptel et sur la valorisation du travail ; ceci est particulièrement sensible dans le cas de la ferme de Weiherhof qui comprend 16,4 ha de prairies.
D'après les productions d'élevage enregistrées (1), on arrive à une marge brute de 900 D.M. par vache. Cette marge brute est en rapport direct avec le rendement fourrager par unité de surface et le chargement en animaux. Après avoir soustrait de la marge brute les frais de production du fourrage, il reste la rémunération du travail. La valorisation du travail qui est d'autant meilleure que l'unité fourragère a été produite à un prix moindre, n'atteint son optimum qu'avec l'utilisation maximum des potentialités des prairies.(1) Les charges de fonctionnement et de capital. 

Mots-clés : | | | |
The influence of forage yield levels on farming success

In Germany, the economic result of a farm specializing in herbage production is linked to the profitable utilization of labour. Family holdings are mainly concerned. As the costs per unit area are high, it is necessary that higher yields and lower costs per stock-rearing unit should be achieved. According to statistical results, the income seems to grow linearly with the yield per hectare.The results of the study of the grasslands at the experimental farm Weiherhof show the influence of the production per unit area on the income of the farm and on the reward for the labour. In the semi-mountainous ports of Hesse, a yield increase of 9.5 kg S.E. per kg nitrogen supplied is obtainable. As the production costs per unit of forage diminish when yields increase, particular care is given to the fodder crops on the farms having high forage yields. The calculation of the forage production costs demonstrates the influence of the yield per unit area on the size of the herd and on the returns available for the labour : this is particularly noticeable in the Weiherhof Farm, which includes 16,4 hectares grassland.
According to the recorded animal performances (1), the gross margin amounts to 900 D.M. per cow. This gross margin is directly linked to the forage yield per unit area and to the rate of stocking. When the forage production costs are deducted from the gross margin, there remains the profit for the labour expended. The optimum is only arrived at when the potentialities of grassland have been utilized to the utmost.
(1) The operating and capital costs 

Télécharger l'article

PDF - 412,11 ko