Numéro #174

07 juin 2003

Fourrages, protéines et environnement : de nouveaux équilibres à construire (1re partie)

Les fourrages et la production de protéines

auteur :

Les fourrages constituent une source importante de protéines pour les ruminants, source qu'il est utile de détailler et d'évaluer. Quelles sont les voies possibles pour accroître la production de protéines fourragères et pour en améliorer la qualité ? Ces perspectives sont-elles compatibles avec les engagements environnementaux pris à Kyoto ?

Cultures fourragères et prairies assurent environ 85% des besoins en protéines des ruminants, proportion qui peut être accrue par le développement des légumineuses fourragères (luzerne et associations), par la sélection génétique et l'évolution des techniques de récolte. La solubilité des protéines foliaires est forte, variable entre espèces. La recherche d'une plus grande autonomie protéique doit se faire dans un contexte de faibles lessivages en nitrates. Le couplage des systèmes laitiers autonomes avec des systèmes céréaliers permet une amélioration sensible du bilan azoté des exploitations. Les pertes par lessivage augmentent avec le chargement, mais sont moindres sous association. Dans un cadre plus global, les légumineuses fourragères ou les associations constituent des voies idéales pour combiner l'autonomie protéique et une faible consommation en énergie fossile; de plus, les prairies permettent une forte immobilisation du carbone.

Mots-clés : | | | | | | | | | | |
Forages and protein production

Forage crops and pastures supply approximately 85% of the protein requirements of ruminants, and this proportion can be increased still further by developing the legume forage crops (lucerne and grass/legume associations), by breeding, and by improving the harvesting techniques. On the other hand, there is a problem caused by the great solubility of the leaf proteins, which is linked to their essential metabolic function, and which varies among species. Dehydration is a means of diminishing strongly this solubility. A greater protein self-sufficiency has to be obtained while maintaining low nitrate leachings. The dairy systems that strive for protein self-sufficiency are relatively well-performing and, when coupled with cereal systems, lead to a noteworthy improvement of the nitrogen balances of the farms. At the field level, losses through leaching increase with the stocking rate, but are smaller under a grass/clover association than under a pure ryegrass crop. Attention should be given to possible losses when ploughing-up perennial forage crops. More globally, forage legumes and grass/legume associations are ideal means of combining protein self-sufficiency and a low consumption of fossil energy; moreover, pastures do immobilize carbon in a strong way.

Télécharger l'article

PDF - 120,12 ko