Numéro #175

07 septembre 2003

Fourrages, protéines et environnement : de nouveaux équilibres à construire (2e partie)

Rechercher de nouvelles organisations à l'échelle d'un territoire pour concilier autonomie protéique et préservation de l'environnement

auteur : | co-auteurs :

Autonomie protéique et préservation de l'environnement sont deux
aspirations fortes de la société. Dans quels cadres et à quelle échelle du territoire peut-on chercher à les développer, si toutefois elles sont compatibles ?

L'autonomie protéique des élevages de ruminants passe par l'autonomie alimentaire globale des troupeaux du fait l'interactions étroites entre énergie et protéines. Les préoccupations environnementales peuvent être parfois
convergentes et synergiques avec la recherche de l'autonomie alimentaire. Elles concernent des espaces territoriaux dont les contours peuvent être assez différents de ceux qui contribuent à la qualification des produits. Ainsi, l'exploitation d'élevage se retrouve partie prenante d'enjeux territoriaux de natures différentes qu'il convient de rendre compatibles et cohérents à travers des modes d'organisation collective de l'activité agricole, qui permettent des complémentarités, des coopérations entre exploitations agricoles partageant le même territoire mais de spécialisations différentes.
L'émergence de ces nouveaux modes d'organisation suppose une politique
publique ciblée.

Mots-clés : | | | | | | | |
New organizations have to be found at the territorial level in order to conciliate protein self-sufficiency and the preservation of the environment

Protein self-sufficiency and the preservation of the environment
are two objectives for which society is presently strongly yearning. As regards the feeding of ruminants, protein self-sufficiency cannot be conceived outside a global feed self-sufficiency of the animals, in view of the narrow interactions existing between energy and protein in the
diets. Concerns for the environment are sometimes convergent and
synergic with the striving for feed self-sufficiency. They regard territories the limits of which can be quite different from those defined for the quality labels of the produce. Thus the specialization of livestock rearing on the one hand and of cereal crop growing on the other requires the finding of complementarities and co-operations among farms that co-exist
on the same territory. The emergence of new organizational types of agricultural activity implies public policies with well-defined targets. At stake is the future of the so-called mixed crop - livestock farm regions, where the maintenance of a diversity of land-use patterns and of production systems remains the means to a sustainable rural development.

Télécharger l'article

PDF - 129,69 ko