Numéro #175

07 septembre 2003

Fourrages, protéines et environnement : de nouveaux équilibres à construire (2e partie)

Autonomie et traçabilité alimentaire dans les Pays-de-la-Loire : mise en évidence des solutions envisageables par territoire

auteur : | co-auteurs :

Le développement de l'autonomie est susceptible de renforcer la traçabilité alimentaire. Des systèmes d'alimentation autonomes existent en Pays-de-la-Loire. Quelles sont les possibilités d'extension de ces solutions ? Dans un échantillon de 80 exploitations laitières, 4 types de bilans alimentaires autonomes ont été identifiés : des systèmes très herbagers (qui nécessitent une surface importante), 3 systèmes avec une part d'herbe élevée et des proportions variables de maïs ensilage, céréales ou protéagineux produits sur l'exploitation. Lorsque le maïs ensilage dépasse 2 t MS/UGB, l'autonomie alimentaire est plus difficile à accroître. Les protéagineux produits sur l'exploitation améliorent sensiblement l'autonomie. La surface disponible est une des conditions nécessaires à la mise en oeuvre des systèmes autonomes. La part d'exploitations avec une surface suffisante pour mettre en place un bilan alimentaire autonome informe sur le type de solution envisageable par territoire. La variable lait/ha de SAU peut être utilisée.

Mots-clés : | | | | | | | | | | |
Self-sufficiency and food traceability in the Pays-de-la-Loire region : solutions that can be contemplated in each territory

The development of self-sufficiency -defined as the proportion of feeds consumed by livestock produced on the farm itself- may reinforce the traceability of food. Self-sufficient feed systems have been put up by dairy cattle farmers in the Pays-de-la-Loire region. In a data base from 80 dairy cattle farms, 4 types of self-sufficient feed balances were identified. Some systems relied heavily on pastures (producing less than 5 000 l per year, and necessitating large areas), some systems had pastures playing a large part, together with variable acreages of silage maize, cereals or high protein crops produced on the farm. When the proportion of maize silage exceeded 2 t DM/LU, feed self-sufficiency was difficult to increase. High-protein crops grown on the farm increased markedly self-sufficiency. The available area was one of the necessary conditions to implement self-sufficient systems. The proportion of farms with an area large enough to support a self-sufficient feed balance gives information on the type of solution that can be contemplated in a given territory. The variable ‘milk per hectare of Useable Farm Area utilizable by herbivorous stock’ is useful.

Télécharger l'article

PDF - 202,34 ko