Numéro #58

15 juin 1974

La prairie permanente (1ère partie)

Réflexions sur les possibilités offertes par les herbages pour l'alimentation du cheptel européen

auteur :

Le globe terrestre est couvert, en grande partie, par des herbages permanents. Ces surfaces sont souvent exploitées encore de façon très primitive d'où leur faible productivité. Or ces surfaces herbagères représentent un potentiel très important pour la production animale. Négliger ou abandonner ces herbages signifierait soustraire des surfaces productives directement pour l'homme et donc placer tôt ou tard ce dernier devant un manque grave de produits alimentaires.L'Europe (sans l'U.R.S.S., l'Espagne, l'Albanie, l'Irlande et le Luxembourg) compte 120.796.000 unités bovines pour 82.287.000 hectares d'herbages permanents, ce qui représente 47,8 % des terres productives. Il faudrait un rendement moyen de 2.680 U.F./ha pour satisfaire les besoins en nourriture de ce cheptel. Si l'on tient compte des cultures fourragères (dont le rendement moyen est de 3.750 U.F./ha), le rendement actuellement nécessaire serait ramené, pour ces herbages permanents, à 1.560 U.F./ha. A la lumière des résultats expérimentaux obtenus par la Station Fédérale de Recherches Agronomiques de Lausanne, l'auteur souligne les marges possibles de progrès et rappelle quelques principes fondamentaux de l'exploitation des herbages.
Il est néanmoins erroné de vouloir exploiter toutes les surfaces. La priorité doit être donnée à la protection des sols productifs agricoles. Le rôle de l'agronome, dans un programme d'aménagement du territoire, est important.Enfin, il conviendrait de développer, dans le domaine de l'utilisation des herbages, une collaboration internationale concrète afin de se compléter réciproquement et d'entreprendre des recherches sur une échelle plus large suivant l'importance des problèmes à étudier. 

Mots-clés : | | | | |
Considerations on the possibilities of grasslands for the feeding of the european stock

The earth is largely covered by permanent pastures. These areas are often still very primitively managed, and their productivity is therefore low. The potentiality of these pasture lands is very important for animal production. To neglect or to discard them would mean a loss of productive areas for man, and sooner or later, a severe shortage of food.Europe (excluding U.S.S.R., Spain, Albania, Eire and Luxembourg) has 120.796.000 heads of cattle on 82.287.000 hectares of permanent pastures, corresponding to 47,8 % of productive land. There should be an average yield of 2.680 F.U. (1.876 kg St. Eq.) per hectare to answer the feed requirement of this stock. Considering the yield of cultivated forage crops (estimated at an average of 3.750 F.U.  = 2.625 kg St. Eq./hectare), there remains a required average yield of 1.560 F.U. (1.092 kg St. Eq.) per hectare for the permanent pastures. The author utilizes the experimental results obtained at the Federal Agricultural Research Station, Lausanne (Switzerland), to show how far progress is possible, and he restates certain fundamental principles of herbage management.
It would however be wrong to utilize ail areas.Priority should be given to the protection of productive agricultural soils. The agronomist has an important part to play in territorial improvement schemes.Lastly, as far as the utilization of grasslands go, a real international collaboration should be created for a reciprocal complementation, and for larger-scale investigations, if required by the importance of the problems raised. 

Télécharger l'article

PDF - 669,12 ko