Numéro #47

15 septembre 1971

La production de viande bovine

L'alimentation du troupeau de vaches allaitantes et des élèves en Limousin

auteur :

L'élevage de plein air est actuellement satisfaisant dans le Limousin, région intermédiaire entre les zones de culture et les zones extensives. Les qualités de rusticité et de fertilité de la race limousine ne sont pas étrangères à cette situation. Les vêlages commencent au mois de janvier, avec un maximum en février; les vaches suitées reprennent le pâturage vers le 15 avril (date de reprise des saillies). La production fourragère n'est réellement intensifiée que sur les prairies de fauche. Les rendements peuvent varier de 2.000 à 5.000 U.F. suivant le mode d'exploitation et les parcelles.L'augmentation des charges globales devrait inciter à l'intensification visant à une meilleure maîtrise de la production d'herbe et à un accroissement du chargement à l'unité de surface. L'ensilage d'herbe et de mais devrait se développer et permettre l'établissement de rations mieux équilibrées. De même, un effort devrait être consenti pour assurer une meilleure alimentation des génisses et des veaux qu'il n'est pas exclu d'engraisser sur place. Reste le problème de déterminer le niveau d'intensification fourragère souhaitable. 

Mots-clés : | | | | |
Forages as feeding stuffs for suckling cows and young cattle in the Limousin area

Open-air stock-rearing is satisfactory at the present time in the province of Limousin, an intermediate region between agricultural lands and extensively used rough grazings. The hardiness and the fertility, which are characteristic features of the Limousin breed, are not irrelevant to this situation. Calvings begin in January, with their maximum in February ; cows with their young are turned out to grass around April 15th (date when services begin). The forage production has been really intensified only on meadows. The yields may vary between 2 000 and 5000 Forage Units (1400-3500 kg S.E.) per hectare, according to management and to plots.The increase in total costs should prompt the breeders to intensify with the aim of mastering grass production in a better way and of increasing the stocking rate. Grass and maize silage should develop and lead to more balanced diets. An effort should also be made in order to improve the feeds of heifers and calves, which might possibly be fattened on the spot. A problem which remains is that of determining the desirable level of intensification for the production of forages. 

Télécharger l'article

PDF - 190,33 ko