Numéro #42

15 juin 1970

La valeur alimentaire des fourrages

Estimation de la valeur alimentaire des fourrages et établissement des plants d'alimentation

auteur :

Les tableaux de valeur alimentaire devraient permettre, entre autre utilisation, de mieux prévoir les rations d'un troupeau à partir de l'estimation des stocks de fourrages. Il n'est cependant pas nécessaire que la précision de la valeur alimentaire fournie par les tableaux soit supérieure à la précision de l'évaluation des stocks et des besoins (de ± 5 à ± 20 % dans les meilleures conditions).Malgré certaines lacunes dans les tableaux, une variable nouvelle est introduite dans les calculs : la quantité ingérée.Cependant l'emploi de ces tableaux, sous cette présentation, pose quelques problèmes. En effet, actuellement, les agriculteurs sont insuffisamment formés pour évaluer «objectivement» les stades de récolte. Par contre, l'utilisation des «dates» de récolte comme repères pourrait éviter des erreurs d'appréciation.L'ordre des précocités pour les différentes variétés dans une région étant indépendant de l'année, pourrait être établi une fois pour toutes. Chaque année il serait alors possible de fixer une origine datée à cette échelle de précocité. L'intervalle entre la réalisation de deux stades étant également variable avec l'année, chaque année il faudrait fixer un intervalle de classe, en jours, tel que, entre les deux dates, la variation d'indice de valeur alimentaire soit 20 points (précision de ± 10 %). Ces déterminations pourraient se faire sur une seule variété, la variation inter-variétale étant faible par rapport à la variation interannuelle, à la précision recherchée (sauf pour les variétés très précoces, qui représentent un très faible pourcentage de la produetion). 

Mots-clés : | | | | |
Evaluation of the feeding value of forages and setting up of feeding plans. Consequences and practical problems

The Tables of Feeding Values should make it possible, among other uses, to plan the diets of a herd from the estimated forage reserves in a better way. It is however unnecessary that the precision of the tables should be greater than that of the evaluation of the available reserves end of the requirements (± 5, ± 20% under the best conditions).There are certain gaps in the tables, but new date are introduced into the calculations : those concerning the amounts ingested.There ere however certain problems raised by the use of these tables, as they are presented. For instance, farmers have presently not yet the necessary information to evaluate the harvesting stages in an "objective" way. On the other hand, the use of harvesting "dates ", as guide marks, could avoid certain errors of appreciation.The order of heading-dates of varieties, being independant of the year, could be settled once for all for a given region. This scale of earliness could then be given a dated origin each year. As the intervals between two stages differ from year to year, it should be necessary each year to fix a c1ass interval, measured in days, such as to get a variation in the feeding value index less than 20 points (i.e. a precision of ± 10%). These determinations could be made on a single variety, since the variation between varieties is small compared to the variation between years, at the required level of precision (very early varieties excepted, but these represent a very smell part of the total production). 

Télécharger l'article

PDF - 538,72 ko