Numéro #66

15 juin 1976

Les associations graminées-légumineuses

Expériences acquises en Suisse dans le domaine des associations et des mélanges graminées-légumineuses en comparaison avec les cultures pures

auteur :

Le problème des mélanges et des associations d'espèces fourragères destinés aux semis de prairies a toujours préoccupé les chercheurs et les praticiens suisses. S'inspirant des expériences étrangères, divers agronomes préconisent des associations simples en lieu et place des mélanges. Ces associations sont représentées par la luzerne + dactyle, les ray-grass d'Italie + trèfle violet ou trèfle de Perse, le dactyle + trèfle blanc. On pratique parfois des cultures pures de luzerne, de dactyle ou de ray-grass d'Italie, plus rarement de fétuque élevée. Les associations simples à deux constituants (une graminée, une légumineuse) représentent actuellement 20 % des ventes de semences pour prairies temporaires.Dans les conditions qui caractérisent les zones de cultures assolées en Suisse, il ressort de la grande majorité des expériences faites ces dix dernières années, aussi bien dans les milieux de la recherche que dans ceux de la pratique, qu'il y a plus d'avantages que d'inconvénients, au moins actuellement et pour l'avenir immédiat, à associer les légumineuses et les graminées plutôt qu'à pratiquer une culture pure de chacune des espèces.L'année du semis, les rendements sont généralement plus élevés dans les associations que dans les cultures pures de graminées: les deux années suivantes, les rendements des associations sont au moins identiques, souvent supérieurs, à ceux des cultures pures, pour un même nombre de coupes et à doses égales d'azote (150 à 200 kg N/ha/an, en apports fractionnés). La répartition saisonnière de la récolte (quatre-cinq coupes) est souvent plus régulière dans les associations, surtout lors d'étés un peu secs.
La présence de légumineuses dans le fourrage permet une plus grande souplesse d'exploitation surtout au premier cycle et pour une utilisation en foin (teneur en M.A.T. plus élevée, amélioration de l'appétence, de la digestibilité et de l'ingestibilité). Dans de nombreux essais, il a été constaté un meilleur état sanitaire des légumineuses et des graminées dans les associations que dans les cultures pures. Les légumineuses, dans une association, jouent un rôle non négligeable dans l'enrichissement du sol en azote organique: elles provoquent souvent une amélioration des rendements de la plupart des cultures qui leur succèdent.En vue d'assurer aussi longtemps que possible un bon équilibre graminées-légumineuses, il est important de prendre en compte le choix des variétés, la dose et le mode de semis, le rythme des coupes et la fumure azotée. Il faut admettre cependant qu'une certaine variation saisonnière et annuelle n'est pas un grand handicap en pratique. On doit en effet considérer la surface fourragère de l'ensemble d'une exploitation et admettre que toutes les prairies d'âges et de nature différents se complètent les unes les autres. 

Mots-clés : | | | | | | | | |
Information acquired in Switzerland on grass-legume associations and mixtures compared to pure stands

Mixtures and associations of forage plants for the sowing of pastures have always been a problem for Swiss research workers and agriculturists. Certain advisers, leaning on foreign experiences,  favour simple associations that should replace the mixtures. These associations are constituted by Lucerne + cocksfoot, italian ryegrass + red or Persian clover, cocksfoot + white c1over. Some pure stands of Lucerne, Cocksfoot or italian ryegrass, more rarely of tall fescue, may sometimes be found. Simple associations with two constituents (one grass-one legume) represent at the moment 20 % of the sales of pasture seeds.Under the conditions prevalent in the areas of crops under rotations in Switzerland, by far the larger part of the trials made these ten years show. both at the research and at the practical level, that there are more advantages than inconveniences to associate legumes and grasses than to cultivate each in pure stands, at least for the present and the immediate future.In the seeding year, the yields of associations are generally higher than those of pure grasses; in the two following years, they are at least equal, and often superior, for the same number of cuts and the same N dressings (150 to 200 units per year, in split applications). The seasonal distribution of the yield (4 to 5 cuts) is often more regular with associations, specially if the Summer is somewhat dry. The legumes in the forage give a greater f1exibility of management, specially for the first growth cycle and for utilization as hay (higher C.P. content, improved palatability, digestibility, and intake). In many trials the legumes and the grasses were found to be in a healthier state in associations than in pure stands. The part played by the legumes in the enrichment of the soil in organic nitrogen is not to be overlooked; they often improve the yields of most subsequent crops
If a good balance between grasses and legumes is to be maintained as long as possible, attention should be paid to the choice of varieties, the seeding rate and method, the timing of cuts, and the N fertilization. If should nevertheless be admitted that a certain seasonal and annual variation is no great inconvenience in practice. The forage producing area of the whole farm should be considered, as ail pastures of varying age and nature are complementary to each other. 

Télécharger l'article

PDF - 615,99 ko