Numéro #238

25 juin 2019

Les bénéfices variés de l'élevage à l'herbe (1re partie)

Influence de la conduite du pâturage sur le risque parasitaire lié aux strongles digestifs

auteur : | co-auteurs :

En s'appuyant sur la bilbliographie et des travaux récents, cet article présente i) comment la conduite du pâturage influence le risque parasitaire lié aux strongles digestifs, ii) des outils de simulation de ce risque parasitaire en fonction de cette conduite et iii) le risque associé à des pratiques courantes. L’augmentation de la population parasitaire sur les pâtures est intimement liée à l’enchaînement des cycles parasitaires, qui lui-même est modulé par la façon d’utiliser le parcellaire. Pour simuler le risque parasitaire, il faut prendre en compte la conduite du pâturage, les données météorologiques et l’installation de l’immunité contre les strongles. Des outils informatiques intégrant ces informations ont été conçus et peuvent aider à mieux cibler les traitements. En système de rotation, le nombre de parcelles, le temps de présence par parcelle et le temps de retour peuvent fortement impacter le risque parasitaire. Le risque parasitaire post-sécheresse dépend de l’usage automnal ou non des parcelles utilisées pendant la sécheresse. L’utilisation de parcelles saines de repousse ne diminue le risque que si elle est associée à un traitement, mais cette pratique a entraîné l’émergence de résistance aux vermifuges. Enfin, le pâturage mixte avec d’autres herbivores peut parfois réduire le risque parasitaire mais le bénéfice n’est pas toujours réciproque entre les espèces.

Ravinet N., Chartier C., Merlin A. & Chauvin A. 2019. Influence de la conduite du pâturage sur le risque parasitaire lié aux strongles digestifs. Fourrages n°238, p.153-160.

Mots-clés : | | | | | | | |
Effect of grazing regimes on risk of gastrointestinal strongyle infection

Grazing regimes have differential effects on the likelihood that animals will be infected by gastrointestinal strongyles. Simulation tools can be used to evaluate how current grazing practices affect this risk. They can incorporate grazing regimes, climatic conditions, and acquired immunity against strongyles. The results can inform treatment strategies and limit parasite resistance to dewormers. In rotational systems, field number, time spent per field, and time between 2 grazings play a determinant role. Mixed grazing systems (i.e., in which different livestock species graze together) can sometimes reduce the risk of parasitism, but the species may not derive equal benefits.

Prix 10€

Les articles récents (moins de 2 ans) ne sont disponibles qu'aux abonnés.