Numéro #81

15 mars 1980

Numéro non thématique

Le pâturage continu intensif pour les vaches laitières dans quelques pays de l'Europe du Nord. Notes de voyage et bibliographie

auteur :

Le pâturage continu intensif est apparu récemment dans quelques pays du Nord de l'Europe à climat frais et humide. Il consiste à attribuer aux animaux la totalité de la surface à pâturer en une seule parcelle sans cloisonnement Interne, pour tout le printemps par exemple. Pour l'été, une surface supplémentaire où l'herbe a été préalablement ensilée vient s'y rajouter tout en gardant le principe d'une seule parcelle. La différence par rapport au pâturage libre traditionnel consiste en :
1) Une fumure azotée importante, fréquente (60 unités par ha et par mois) et apportée au milieu des vaches.
2) Un chargement élevé de façon à ne pas se laisser déborder par l'herbe au printemps.
Sur une dizaine d'essais réalisés récemment sur ce thème, à chargement et à fertilisation identiques, Il ressort que le pâturage continu semble légèrement moins productif que le pâturage avec rotation ; en lait, les quantités de lait par vache et par ha sont peu différentes, mais par contre les vaches
reprennent moins de poids et les stocks d'ensilage ou de loin sont parfois plus faibles. Sur génisses laitières et sur animaux à viande, les résultats semblent plus contradictoires.
Les conditions favorables à l'adoption du pâturage continu sont d'abord un climat et des sols propices au ray-grass anglais, un bon parcellaire, enfin une fumure azotée élevée associée à un chargement élevé. Parmi les risques possibles, celui de l'intoxication par les nitrates semble inexistant; on n'observe pas non plus de dégradation rapide des prairies, au contraire. Par contre, il s'agit sûrement d'une méthode de pâture où l'éleveur peut faire des erreurs coûteuses, soit en accordant trop de surface (risque d'épiaison généralisée), soit en en accordant trop peu (nécessité d'une distribution accrue de concentré).
Cependant, le développement spectaculaire de cette nouvelle technique de pâturage en Angleterre et dans les Flandres belges prouve qu'une majorité d'éleveurs y trouvent leur compte dans ces deux pays.

Intensive set stocking (=full-graze) for dairy cows in some north european countries. Travel notes and references

Intensive set stocking recently made its appearance in a few North European countries with a cool and wet climate. It consists in allotting the whole pasture to the animals for grazing, without any internal fencing, say for the duration of Spring. In Summer, a further area is added to it, which has previously been cut for silage, while the principle of the single paddock is maintained. Relatively to the traditional set stocking, the differences are as follows :
1) copious and frequent nitrogen dressings (60 units per hectare and per month), applied with the cows present;
2) a high stocking-rate, so that the grazing should keep pace with the growth of herbage in Spring.
Hall a score of trials carried out recently on this subject, with identical stocking-rates and fertilizer dressings, showed that intensive set stocking is slightly less productive than paddock grazing ; as a matter of fact, the milk yields per cow and per hectare are hardly different, but the cows take up less
weight later on, and the amounts of silage and hay are sometimes smaller. With dairy heifers and beef animals, the results seem to be more contradictory.
Favourable conditions for intensive set stocking are first of all a climate and soils suited to perennial ryegrass, a good plot lay-out, and lastly high nitrogen dressings linked to high stocking-rates. Among the possible risks, that of nitrate poisoning seems to be inexistant, neither is there any last sward deterioration to be observed, quite the contrary. On the other hand, it is assuredly a grazing method where the farmer may make costly mistakes, either by alloting too big an area (this may lead to a generalized emergence of heads), or too small an area (which entails the necessity of giving more concentrates).
However the spectacular development of this new grazing technique in England and Belgian Flanders shows mat a majority of farmers do profit by it in bath these countries.

Télécharger l'article

PDF - 1,23 Mo